Lettre ouverte au journal ‘Le Progrès’ / Diffamation Timothée

pour la lettre, cliquer ici :
20141027_AA_lr_Le_Progrès_diffamation_Tim_3

 

Ci-dessous, les réponses faites par nous à des réactions envoyées par courriel par la journaliste ayant écrit l’article, après qu’elle ait eu connaissance du texte (lien ci-dessus).
Ses propres phrases sont occultées, puisque les notes de pied de page de ses courriels précisent qu’il est interdit de les publier. Mais nous reproduisons tout de même certains mots qui correspondent à ce qui est écrit dans l’article, donc des informations publiques.

1/

Bonjour Mme/Mlle ****.

Je vous remercie pour vos explications, et pour la rapidité de votre réponse.
En fait (contrairement à ce que vous croyez “savoir”), mes informations ne viennent pas de Magali Pignard, mais de mon expérience directement sur le terrain.
J’ai passé plusieurs jours dans la famille, et 2 semaines à Lyon sur cette affaire. Et vous ?
Je n’ai jamais pu voir de preuves de cette fameuse “ITT” (et je note que dans votre courriel votre prétendue “interruption de travail” publiée ne prend plus de gants pour se muer en “ITT”), mais si ces preuves existent (et qu’on y a accès), croyez-bien que je serais le premier à publier une correction et des excuses d’une parfaite platitude.
Idem pour le mystérieux concept nommé “atteinte à sa sécurité et celle des autres” : nous attendons toujours des preuves. C’est une déclaration vague et non étayée de manière tangible.
Tous les collégiens qui m’ont parlé de Timothée étaient absolument formels là-dessus : Timothée ne leur fait pas peur et ils l’aiment bien.
Alors, même si les choses sont discutables, à vérifier, etc, justement ce n’est pas aussi simple et tranché que votre article ne le laisse supposer.
Jusqu’à preuve du contraire, votre article, c’est de la diffamation. Et je ne parle même pas de toute l’atmosphère insinuatrice qui suinte de vos lignes (comme par exemple les points de suspension qui en dégouttent et qui souhaitent en dire beaucoup plus long au lecteur (comme s’il était déplorable de vouloir contester une décision de la MDPH), malheureusement rassuré par la neutralité habituelle de “votre titre”).
Et peut-être que nous devrions être navrés que notre défense -éventuellement maladroite- soit “désagréable” pour vous. Nous espérons au moins ne pas porter atteinte à votre sécurité par nos écrits.

Après avoir fini mon texte initial, je l’ai transmis, pour info, à la mère de l’enfant, et aussi à Magali Pignard (puisqu’elle suit cela de près).
En retour, Magali a souhaité reprendre certains éléments de mon texte dans son blog, et je l’y ai autorisée.
Elle a même gardé le titre pour son article, d’où votre confusion, sans doute.
Ensuite, elle m’a donné votre adresse courriel (que je ne lui avais pas demandée, mais l’échange d’informations est légitime).
En m’expliquant les problèmes qu’elle a observés avec vous, qu’elle décrit dans son blog, mais que je n’ai pas repris – non parce qu’ils ne me sembleraient pas crédibles, mais parce que je ne peux pas m’occuper de tout, et parce que mon texte était déjà fini.
Dommage, parce que ses précisions sont assez révélatrices de votre conception du “professionnalisme”.Je n’ai pas cité votre nom dans mon courriel ni dans mes pages sur Internet.
Lors de l’écriture de mon courriel, je n’ai même pas cherché à vous contacter, ni à connaître votre nom.
Quelle importance, d’ailleurs ? A l’Alliance Autiste, nous sommes dans une démarche altruiste, pas dans une problématique de petits egos et certitudes blessés, mais d’atteintes généralisées à la vérité, à un enfant et à un groupe de personnes vulnérables (les autistes).
Je n’ai eu votre nom et votre adresse courriel qu’après coup (comme expliqué plus haut) et alors il m’a semblé utile de vous mettre en “copie” de mon courriel.
Contrairement à ce que vous affirmez dans la phrase “***************.”, votre travail porte préjudice à cet adolescent.
Vous voyez : c’est facile d’affirmer sans preuves ni même arguments.
Si vous voulez des arguments au sujet du préjudice, ce n’est pas un problème, on peut vous en donner beaucoup. Trop, même.
En ce qui concerne vos “sources concordantes”, si elles se basent toutes sur la même source “principale” (et subtile), ça n’en fait qu’une seule.
Ce qu’on veut c’est des faits, des preuves. Nous pensons que le journalisme, lorsqu’il se borne à répéter ce que de nombreuses personnes colportent, n’est pas juste ni utile pour la société.
Mais ce n’est pas ce que vous faites, vous avez vérifié “à la source”, pas vrai ?
D’ailleurs, une source concrète tangible ne peut être qu’unique : les faits réels. “Plusieurs sources concordantes”, ça n’existe pas.
Mais plusieurs rapports qui concordent (parce qu’ils sont véhiculés par des personnes ayant une communauté d’intérêts), si.
Mais vous, vous n’avez pas de communauté d’intérêt avec les interneurs et les ghettoiseurs patentés, pas vrai ?
C’est juste une “malencontreuse confusion” de votre part, c’est bien ça ?  [note : c’est moi qui écris ça, je ne la cite pas]
Je suis désolé d’écrire une chose désagréable, mais votre article, votre comportement, votre courriel, ne me semblent pas vraiment dénoter l’ouverture d’esprit ni les qualités et les connaissances nécessaires pour comprendre suffisamment bien le sujet que vous abordez.
Dans votre article, vous auriez pu vous borner à exposer votre perplexité. Mais non, vous avez “cru que”.  [note : c’est moi qui écris ça, je ne la cite pas] 
Comme quand vous “croyez que” je me suis inspiré de Magali.
Ou comme quand vous “croyez que” vous êtres suffisamment professionnelle.
C’est souvent le même problème avec la plupart des personnes non-autistes (ce terme n’est pas une insulte) : elles  “croient”, elles font des amalgames automatiques plus ou moins rapides. La croyance tient lieu de connaissance…
Et puis, si le public vous croit, qu’importe, pas vrai ?
Sauf que quand vous contribuez à renforcer la croyance du public à propos du “danger” (ou de “l’atteinte à la sécurité”) présenté par les autistes, eh bien là, voyez-vous, nous nous opposons. 
Non pas parce que ça nous dérange outre mesure que les gens croient des âneries, non, mais parce que CA NOUS DERANGE DE NOUS FAIRE ENFERMER POUR RIEN, CA NOUS DERANGE QUE DES GOSSES INNOCENTS SOIENT PARQUES DANS DES GHETTOS, CHASSES DU MONDE LIBRE par un système qui les accuse de “porter atteinte à la sécurité des autres” (ceux qui souffrent moins) tout en prétextant qu’ils ne sont “pas adaptés au système”, “pas adaptés à l’enseignement” (alors qu’au contraire c’est ce système qui n’est pas adapté à la nature humaine, au bon sens et à la compassion nécessaires), et ça nous dérange qu’un journal aussi neutre et respectable que “Le Progrès” (sauf article rectificatif ?) participe -même de loin- à notre calvaire (alors qu’il devrait au contraire contribuer à la sensibilisation publique), oui, ça nous dérange BEAUCOUP, Mme/Mlle **** ****, journaliste professionnelle.
En ce qui concerne  “votre titre” (le journal Le Progrès), évidemment s’il y avait diffamation de notre part ce serait bien fâcheux (et étonnant).  Peut-être que le journal ne porterait pas plainte contre nous, et ferait preuve de discernement et d’humanité, en se rendant compte que nous nous défendons comme nous pouvons, sans assistance. Dans la négative, ça risque d’être “sportif” (mais sans porter atteinte à votre sécurité), et pas forcément très bon pour l’image du Progrès (que nous respectons encore, peut-être naïvement (les autistes sont connus pour leur naïveté)).
On verra bien. De toute façon, ne vous inquiétez pas, mon courriel concerne directement le journal, qui me répondra certainement (surtout au vu de vos allégations de “diffamation”).
Il est néanmoins légitime que vous vous exprimiez et que vous exposiez votre désagrément, et je vous remercie d’avoir pris cette peine. Plus d’informations et de précisions, c’est toujours mieux.
Je suis pour la liberté d’expression sans limites. Du moins, sans limites autres que la vérité.
Pouvez-vous produire cet ITT ?
Cela éviterait de s’embarquer dans des litiges avec “votre titre”.
Dans l’espoir que votre professionnalisme sera encore plus exemplaire, circonspect et soucieux de justesse dans l’avenir, nous vous demandons de respecter les autistes et les enfants sans défense ni dangerosité.
Et, par dessus tout, la vérité.
Au revoir.
Eric LUCAS (“Autiste à Haut Niveau de Fonctionnement”)
Délégué Général
contact@allianceautiste.org
http://AllianceAutiste.org (AA)

ONG d’autistes pour l’entraide et la défense globale des autistes
enregistrée en France sous le numéro W691085867

 

 

2/

Bonjour à nouveau.

“L’ITT existe.”
— C’est tout ce que vous avez comme preuve ? Cette phrase ? Votre parole suffit ? Connaissez-vous le “Syndrome de Dieu-Le-Père” ?  (c’est une chose qui est familière aux autistes croupissant dans les institutions et hôpitaux, en raison du “professionnalisme” de même niveau de précision, de justesse et d’humanité que le vôtre)

” ************** (manque d’ouverture d’esprit) ************* (manque de professionnalisme, manque de connaissances, manque de compréhension).”
— Je vous en remercie. En revanche il ne s’agit point d’un “jugement” mais d’un avis personnel, destiné à corroborer notre point de vue sur votre article.

” **************************** ”
— Je ne sais pas qui est “nous”. Comme déjà dit, mon courriel vous était adressé uniquement en copie à titre d’information. Il est destiné au responsable de votre journal (c’est écrit dessus).

Je pense qu’au vu de votre article, et de vos deux courriels (qui sont de la même “ouverture d’esprit”), il n’est pas opportun que vous continuiez à m’écrire (ce que je ne vous ai pas demandé, du reste), et encore moins que vous continuiez à “croire” pouvoir régler ce problème vous-même. Surtout si c’est vous qui vous faites le porte-parole de votre direction.

Je préfère attendre la réponse de personnes plus à même de le faire avec justesse, intelligence, ouverture et humanité, qui existent probablement dans la direction de votre journal.

Si tel est le cas, on peut imaginer qu’en plus de se soucier de la “diffamation” à leur encontre, elles pourraient éventuellement s’occuper de vérifier et réparer le tort causé par votre article (qui participe à influencer négativement et injustement d’autres personnes, médias et surtout organismes : nous nous battons contre toutes les racines de l’exclusion que nous subissons, même -et surtout- celles les moins visibles, donc les plus pernicieuses).

Se préoccuper du mal qu’on fait à un enfant et à une minorité de personnes qui souffrent n’est peut-être pas une chose inimaginable pour un journal, même à notre époque.

Mais peut-être que vous ne pouvez pas comprendre cela car -comme on le voit souvent dans vos courriels- ce qui compte surtout pour vous, c’est vous. C’est le principal.

Avis personnel (pas jugement) : cette façon de se positionner par rapport à autrui (ou plutôt de considérer autrui par rapport à soi) nous semble très proche de celle de Monsieur le Principal du Collège. Dès lors, on comprend mieux pourquoi vous n’avez eu aucune difficulté à suivre et à adouber ses thèses, ainsi que celles de toutes les “sources concordantes” (administratives) qui gravitent autour, et qui présentent une solidarité corporatiste presque touchante. Votre “titre” n’est pourtant pas un “journal d’Etat” ? (au cas où ça existerait encore, en France).

Je vous serais reconnaissant d’éviter de m’écrire (c’est juste une perte de temps et des agacements réciproques), sauf bien sûr si c’est pour m’adresser une preuve de la fameuse “ITT” qui “existe” (selon vos affirmations – qui ressemblent de plus en plus à des incantations).
Ou des preuves des “atteintes à la sécurité” alléguées.

Je préfère attendre la manifestation écrite de personnes plus aptes à traiter ce problème, dans la direction de votre journal.
Qui ne se laissent pas aveugler par leur ego meurtri, mais voient aussi l’intérêt de l’enfant, et aussi celui du journal, selon les suites que celui-ci souhaitera donner.

Comme c’est la dernière fois que je vous écris, je vous mets dans les destinataires.
Ensuite, j’éviterai de refaire la même erreur.

Merci.

Eric LUCAS (“Autiste à Haut Niveau de Fonctionnement”)
Délégué Général
contact@allianceautiste.org
http://AllianceAutiste.org (AA)

ONG d’autistes pour l’entraide et la défense globale des autistes
enregistrée en France sous le numéro W691085867

 

 

3/

Je ne souhaitais plus discuter avec vous, mais vous m’y contraignez.

Vous dites :
” ******************************** ”
— Ceci veut donc dire que vous avez vérifié que l’ITT existe. Comment ? Vous avez vu le certificat ? OUI – NON – AUTRE (préciser)

” **************** “
— Si elle [Mme Pignard] croit sincèrement que l’ITT n’existe pas (par exemple si elle ne l’a jamais vu, ou pour toute autre raison), ce n’est pas un mensonge.
Si elle a vu le certificat, mais qu’elle prétend tout de même qu’il n’existe pas, c’est en effet un très gros et très vilain mensonge.
Sans certificat, on peut discuter à l’infini, et je trouve ça un peu vain et même puéril.
C’est pourquoi je vous demande des preuves.
Pas de me dire simplement que vous avez vu des preuves (ou “vérifié des faits”). C’est un peu léger, non ?
Nous sommes autistes, “handicapés mentaux”, mais ça ne veut pas dire que nous sommes des demeurés.
Encore désolé pour l’oubli de correction à propos de ma citation sur le blog de Mme Pignard.
Et encore plus désolé pour vos absences de corrections.
Quand va-t-on voir enfin ce satané certificat d’ITT ?

 

Eric LUCAS (“Autiste à Haut Niveau de Fonctionnement”)
Délégué Général
contact@allianceautiste.org
http://AllianceAutiste.org (AA)

ONG d’autistes pour l’entraide et la défense globale des autistes
enregistrée en France sous le numéro W691085867
Vous pouvez nous aider facilement en partageant cette page, en seulement 2 ou 3 clics :

Les commentaires sont fermés.