L’association « VAINCRE l’autisme » veut réellement éradiquer l’autisme, insulte les autistes et la neurodiversité, est épinglée par l’IGAS pour sa gestion, et touche des subventions : encore une exception française…

En tant qu’autiste s’efforçant de défendre l’autisme, la justice et la vérité, je souhaite répondre à Monsieur Sajidi, qui traite publiquement Hugo Horiot de « minable » sur Facebook, dans ses commentaires sur l’excellent article de ce dernier qui dénonce avec force et justesse, à nouveau, la calamiteuse et scandaleuse situation française relative à la gestion publique de l’autisme.


1/ Ne serait-ce que par ses explications (très claires et pertinentes) dans les médias, Hugo aide manifestement notre cause, et puissamment.


2/ Hugo est autiste et c’est prouvé par des documents d’archives.

Un président d’association de parents d’autistes qui insulte un autiste, je trouve ça assez moyen…

En même temps, quand on est contre l’autisme, il est logique d’insulter ceux qui ne veulent pas être « vaincus »…


3/ Quand on crée, nomme, et maintient une association avec la terminologie « VAINCRE l’autisme », c’est la preuve qu’on n’a rien compris à l’autisme, et que cette association va contre les autistes, notamment en ce qui concerne le droit de naître autiste.

Lorsque j’ai découvert cette association (en 2014), je croyais que cette appellation était au mieux une simple maladresse, au pire un choix calqué sur des associations connues, comme « Vaincre le cancer », « Vaincre la mucoviscidose » (etc.), destiné à capter des fonds plus facilement, grâce à un nom grandiloquent.
 

Mais aujourd’hui je lis, sous le post d’Hugo, les commentaires effarants (et même pitoyables) de Monsieur Sajidi, qui sont très clairs quant à son hostilité envers l’autisme :

Je cite M. Sajidi (attention, il faut s’accrocher…) :
–  » le mouvement imposteur que tu tente d’intégrer dans l’autisme « la neurodiversite » n’a aucun fondement et n’apportera rien pour l’evolution de la situation des personnes autistes et de leurs familles »
–  » Si l’autisme ne dégradait pas l’état de santé de 134 millions de personnes dans le monde »
– « notre droit d’agir pour nos enfants et lutter contre l’autisme qui dégrade leur état de santé »
–  » l’autisme est une déficience qui impacte le cerveau humain dans son fonctionement « normal » par une abération neurologique dont les conséquences s’expriment et apparaissent de manières différentes, certaines positives et la majorité d’entre elles sont négatives et particuliement nocives pour la santé de l’HOMME. Donc considérer l’autisme comme « maladie » obligerait à prendre en cosideration le sujet comme un problème de santé publique qui permettra la mise en place d’une politique de prévention avec une urgence de traitement de la problématique, le développement rapide de programmes de recherche, une reconnaissance permettant l’accès à des droits sociaux adaptés et à des prises en charge adaptées au cas par cas. 44 enfants naissent atteins d’autisme chaque joue en France »
– « Je suis de plus en lus révolté de l’augmentation des cas de l’autisme »
– « il faut lutter encore plus fort face à l’autisme »
– « l’autisme est un roc et pour le vaincre il fait agir dans la durée, avec perceverence »
– « des victoires sur l’autisme sont possible »
– « Éradiquer une maladie n’est pas éradiquer les « malades » mais plutôt les sauvrez t prevenir pour qu’elle n’impacte pas d’autres. L’autisme comme « maladie » est une meilleur vision pour le prendre en considération et répondre à ses besoins et donc les besoins des personnes autistes. »
– « d’où vous sortez ce point de vue de l’autisme comme maladie mentale? C’est tout à fait le contraire nous avons et combattons toujours le fait que l’autisme est traité comme « maladie menrale » et/ou « handicap mental ». En ce qui nous concerne on parle de « maladie » dans le sens médical et scientifique, à savoir neurologique, génétique, métabolique, phosilogoque et organique etc. »
– « Il ne s’agit pas de nier que l’autisme est un handicap. Nous affirmons seulement que c’est AVANT TOUT une maladie. « 
– « Nous souhaitons dépasser la notion de « handicap », qui présente le sort des personnes autistes comme figé, au profit de celle de « maladie » qui implique qu’une guérison est possible, notamment grâce à l’éducation. Il ne s’agit pas d’affirmer que l’on peut guérir complètement de l’autisme, mais de mettre en avant que l’on peut en réduire les symptômes et donc les souffrances.
Vous l’aurez compris, ce terme a été choisi par souci D’OPTIMISME, pour encourager l’Etat à mener une politique de santé publique préventive pour l’autisme. »

(Note :  Non mais je rêve là… il nous dit carrément que l’usage du terme « maladie » est un choix délibéré ! (Et par lui, en plus…) C’est du grand délire…)
– etc…

L’état de « confusion b(r)ouillonnante » de la pensée de Monsieur Sajidi, autant sur le fond que sur la forme, apparaît très clairement à la lecture de ses propos.

Et par dessus le marché, il a l’ingénuité de nous dire que le fait de considérer l’autisme comme une maladie permet aussi d’obtenir davantage de moyens… On se frotte les yeux…

Je note que j’avais eu le même type d’explications de la part de la grande prêtresse Danièle Langloys, lorsque, en mai 2015, j’avais dit au « Défenseur des Droits » Jacques Toubon (et à d’autres personnes présentes, comme Michèle Barzach) que l’autisme est une particularité humaine (ce que DL avait d’ailleurs immédiatement converti en « simple particularité » en me citant).
Et pour mieux me convaincre que j’avais « diffusé de fausses informations sur l’autisme », elle avait même appelé à la rescousse les « comorbidités » (« qui peuvent être graves »), alors que précisément elles ne font pas partie de l’autisme, ce que justement j’expliquais…
Mais quand on mélange tout…


En même temps, il est évident que certaines confusions ou « difficultés pour comprendre l’autisme » (intentionnelles ou non), et le maintien du concept « autisme-maladie », c’est fort utile pour pas mal de monde, et je dirais même pour tous ceux qui ont un certain pouvoir dans l’autisme, ceci entraînant cela : pas besoin de réfléchir longtemps pour comprendre pourquoi on nous « traite » toujours et encore comme des « malades », même (et surtout) en France.

Car évidemment, si on ne considère plus l’autisme comme une « maladie », alors ce n’est plus la « vache à lait » nommée « sécurité sociale » qui va payer pour les adaptations (surtout si elles se font hors des « centres » et hôpitaux) ! Catastrophe !
La « sécu », on peut se servir autant qu’on veut, les gens sont habitués au « trou de la sécu », tellement énorme que plus personne ne peut le regarder…
Et puis, tout ça est obligatoire… En France les gens sont saignés par la sécu, l’URSSAF etc, pour payer toute cette industrie du médical et du médico-social (qui a besoin d’autistes et autres en tant que « placements » médico-financiers…)
Les autistes, c’est le top, la poule aux oeufs d’or… A vie !
Tous ces Thénardiers médico-socio-administratifs ne veulent surtout pas perdre ça…
Plus de « maladie » : plus de paiements automatiques par la sécu…
Et c’est tellement énorme que personne n’a le cran de tout remettre d’équerre en réaffectant les 7 milliards annuels correctement !
Les « élites » gouvernementales n’ont pas de courage, pas de compassion…
Que les adaptations nécessaires soient payées par la sécu ou par autre chose, les autistes s’en fichent pas mal !
Il faut que les « gouvernants » se débrouillent, ils sont là pour ça !

Ca raisonne en termes de règlementations, de chiffres, et autres choses débiles typiquement non-autistiques (artificielles), et ça nous dit « on peut pas faire ci, on peut pas faire ça »… alors qu’il s’agit de vie humaines, de vies perdues, par… la bêtise, et surtout l’égoïsme !
Tout est verrouillé, tous ces gens s’arrangent entre eux pour leurs intérêts, leurs places !
Mot d’ordre principal (tacite) : « l’autisme, pas touche », faut pas toucher au « grisbi », et tout ça à cause des effets pervers et des dérives de la « protection sociale » ayant permis à tous ces parasites et exploiteurs de prospérer, depuis des décennies.
C’est ça qui est « minable » !
(Désolé pour ce petit « coup de gueule, mais trop c’est trop, ça fait des années que ça dure, et presque personne ne se bouge ni ne dit les choses courageusement… C’est tout dans le magouillage et les petits intérêts perso et querelles de clochers…)


Bref, je note qu’en 2018 les gens sont toujours dans la confusion, encore à s’étriper, parce qu’ils n’ont toujours pas compris que toute discussion est vaine (car on mélange tout, on ne parle pas des mêmes choses) si on ne commence pas (comme je l’avais fait auprès du « Défenseur ») par faire une distinction entre « l’autisme » (la particularité humaine) d’une part, et « les troubles » (que j’appelle plutôt des « difficultés ») d’autre part, et qui (jusqu’à preuve du contraire) ne viennent pas de l’autisme lui-même mais de ce que j’appelle « l’absence de prise en compte correcte de l’autisme par le système social » non-autistique (et notamment le système de pensée non-autistique).

Ca fait des années que j’explique cela (comme par exemple ici), mais ça n’intéresse presque personne. Bref.
(J’ai tout de même réussi à éviter (en faisant partie du « comité scientifique » avant d’en claquer la porte) que le site Internet gouvernemental d’information sur l’autisme ne le présente comme une « maladie » : c’est toujours ça de gagné, mais de toute façon, il n’y a pas grand chose à attendre de l’Etat français, complice des lobbies.
On nous dit que le couple Macron etc. etc. : il n’est peut-être pas totalement interdit d’espérer… j’attends de voir…).


4/ La plupart des personnes qui ont fait évoluer la société (positivement) étaient autistes, d’une manière ou d’une autre…

Si ce « VAINCRE l’autisme » avait existé il y a quelques siècles, ou dizaines d’années, et si cette chose avait vraiment « vaincu » l’autisme, très certainement Internet n’existerait pas, et on serait encore à se déplacer à cheval (pour vaincre encore des trucs…).

5/ Il n’y a donc rien d’intéressant à lire ou à entendre venant d’une association qui aimerait que nous n’existions pas avec notre spécificité nommée « autisme » : c’est aussi simple que cela.

D’ailleurs, même quand on fait l »effort de lire les commentaires de M. Sajidi, ça reste particulièrement confus, flou, voire incompréhensible.


6/ Concernant les aspects financiers (flous également) de « VAINCRE l’autisme » :

Rapport IGAS « Contrôle de l’association +Vaincre l’autisme+ » : http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article382

En conclusion, et en toute logique, peut-être que les autistes devraient vaincre « VAINCRE l’autisme » ?

« VAINCRE l’autisme » continuera peut-être à faire ses affaires, mais ne vaincra pas l’autisme, ce serait trop… minable !

Les difficultés peuvent (et doivent) être réglées.
Mais l’autisme est invincible. S’il était « vaincu », ce serait le début de la « perdition » inéluctable de l’Humanité.
(Trop long à expliquer ici.)

Il apparaît que « VAINCRE l’autisme » est un concept confus et erroné.
Et c’est dommage.
Rien d’autre à dire à ce sujet.

Bonnes journées.
Eric LUCAS
Autiste insoumis
… et « minable » pour ceux qui veulent vaincre l’autisme…


P.S. M. Sajidi est visiblement dépassé par l’autisme…
Généralement, les gens un peu « basiques », quand ils ne comprennent pas quelque chose ou quelqu’un, ils veulent le détruire…
Classique…
Mais on est en France et en 2018 quand-même… Faudrait voir à évoluer un peu…
J’ai écrit que tout ça me semble « dommage » car certains de ses écrits montrent un bon fond, et beaucoup de motivation et d’énergie… mais hélas cela semble endommagé par certaines confusions, croyances, et d’autres choses…


P.S. 2 Je viens de jeter un oeil sur le site de « VAINCRE l’autisme »…
Je crois que ma naïveté et ma gentillesse sont des « maladies incurables » 😉
En voyant leur nouveau logo, il est très clair que cette « association » est un truc à pognon !

– Déjà, le « Vaincre »… bon, on en a déjà parlé… (excellente formulation pour interpeller et pour paraître sérieux)
– Ensuite, le « AVEC VOUS » : tout de suite, les gens (interpellés, inquiets et émus par le gros titre), sont invités à mettre la main à la poche…
– Et le pire (enfin… peut-être, car « tout est pire », ici), c’est le « ON PEUT EN GUERIR » !

Diantre… Alors comme ça :
–> L’autisme est une maladie à vaincre, ça ne se discute même pas (là ils surfent sur l’ignorance des gens) ;
–> Mais « on peut en guérir » !! C’est péremptoire…
Ainsi, en admettant que l’autisme soit une maladie, une obscure association française (assez rocambolesque, finalement) propose rien de moins que de « guérir » cette satanée maladie…
(Ah mais c’est vrai, en France on sait toujours tout mieux faire que tout le monde, j’avais déjà oublié… l’éloignement, sans doute…)
Elle dit aux gens que c’est possible…  Elle utilise l’ignorance et la bonté des gens…
C’est tellement fallacieux et mensonger, qu’on s’y perd…
Mensonge 1 : « c’est une maladie »
Mensonge 2 :  « mais on peut en guérir ! » (et bien sûr, aucune preuve, et pour cause !)
Et comment ça ? Ben, en faisant des DONS, évidemment !!
Et toutes les pages du site de VLA sont truffées d’appels aux dons ; ils utilisent même un enfant « non-verbal » comme « ambassadeur », et dans quel but, ben pour un appel aux dons !!

Alors comme ça, Monsieur Sajidi, après nous avoir doctement expliqué sa vision de la « maladie » et pourquoi il faut dire que l’autisme est une maladie, nous dit « ne vous inquiétez pas, notre association, GRACE A VOS DONS, peut GUERIR ce fléau ! »…
Pfffffffff…. La ficelle est ENORME !!!

Depuis le tout début, ce machin me faisait furieusement penser au scandale de l’ARC (vous vous souvenez ? le type (Jacques Crozemarie) qui venait demander de l’argent aux gens à la télé etc. – 300 millions de francs détournés !), d’autant plus que Vaincre l’Autisme était sous-titré « Le nouveau défi de la recherche »…
Pff…

Pognon, pognon, pognon…
Désinformation, manipulation…
Insultes aux autistes et à l’autisme…

Et en plus il a l’air d’être vraiment persuadé qu’il faut éradiquer l’autisme (?)…

Moralité (pour moi)
——>

« VAINCRE L’AUTISME » = A COMBATTRE !
Cochonnerie Chienlit, comme presque tout le reste !
Les autistes doivent se soulever contre tous ces parasites !
Ne nous laissons pas confisquer nos vies, ne nous laissons pas intimider.
Nous POUVONS faire beaucoup de choses.
Beaucoup de ces choses qui paraissent « impossibles » pour la plupart des autistes.
Il suffit d’ESSAYER.
(Et dans mon cas, ça marche.)