#MarianGate – 2018 : « Voeux pour des Glumeux » – « Mariangiacomonisme, an I » – Information pour les nouveaux venus dans le Cirque Français de l’Autisme

Cet article comporte 3 parties :

  • 1/ Les Voeux du Maître des Glumeux (Marian Giacomoni) pour 2018

  • 2/ Mariangiacomonisme, an I
    (Résume et explique les points les plus importants à comprendre)
    (Cette partie contient de nouvelles explications inédites, qui devraient permettre d’alimenter utilement la réflexion du lecteur ou de la lectrice.)

  • 3/ Information pour les nouveaux venus dans le Cirque Français de l’Autisme, à propos du numéro « Marian Giacomoni »
    (Avec les principaux éléments du « paradoxe MG », et un petit rappel de certains faits, sur 4 ans)
    (Même pour les « connaisseurs », cette partie peut apporter quelques éléments d’information nouveaux.)


1/ Les Voeux du Maître des Glumeux (Marian Giacomoni) pour 2018 :

Partie signifiante du texte des voeux de Marian Giacomoni pour 2018 :

« Les épreuves ne rendent pas plus fort mais plus humble.
2017 m’a fait grandir. »

Tentative d’analyse, et hypothèses :

  • Alors que, depuis le début du MarianGate (le 16/11/2017), il a estimé préférable de « faire le mort » (à part sa récidive télé du 20/12/2017, irrépressible), comme à chaque fois que des dénonciations s’abattent sur lui, il poste tout de même des voeux de fin d’année, car quasiment tout le monde le fait, donc ne pas poster de voeux pourrait être vu comme une sorte d’acceptation de défaite qui confirmerait implicitement les accusations.
    Donc il le fait, mais en restant très discret et minimaliste, pour offrir le moins de prise possible à de nouvelles « décortications » de ses moindres faits publics (comme ici).
    Donc, en postant ceci, c’est une manière de dire « Je ne m’avoue pas vaincu ; je suis toujours là » et donc « J’ai rien fait de mal ».
  • Il se pose en victime, en utilisant le terme « épreuves ».
    En effet, on utilise généralement ce mot pour parler de personnes « vertueuses » ayant à subir des difficultés plus ou moins injustes.
    (Notez à quel point le choix de ses mots est subtil et judicieux.)
    Ceci est une technique tout à fait classique chez lui, consistant à systématiquement inverser les choses, d’une manière tellement « énorme » que presque personne ne peut déceler le subterfuge.
    Il avait déjà essayé de faire passer les dénonciations dont il fait l’objet depuis 2015, par moi-même (Eric LUCAS), pour du « harcèlement sur internet », dans le seul article qu’il a osé écrire contre moi (pendant que j’étais affaibli, durant ma grève de la faim, comme un parasite sournois qu’il est, comme les punaises de lit, qui n’agissent que quand vous dormez).
    « Normalement », ce qui lui tombe dessus depuis mi-novembre 2017, on ne devrait pas dire que ce sont des « épreuves » (même si évidemment c’est certainement très très difficile pour lui), mais de justes conséquences de se sa tricherie avec la vérité et les autistes depuis 4 ans.
    (Tout finit par se savoir un jour.)
    Donc, bien évidemment, ici, par l’emploi de mots « habiles », il tente d’attirer la sympathie sur lui, et de minimiser ce qu’on lui reproche, un peu comme s’il était une victime innocente qui ne comprend pas pourquoi elle doit subir des « épreuves ».
  • Il nous dit que les épreuves « ne rendent pas plus fort, mais plus humble ».
    (Et il appuie son propos par « 2017 m’a fait grandir », ce qui n’apporte pas grand chose de plus.)
    Ici :

    • Il se pose en « philosophe », d’autant plus « charismatique » qu’il « améliore » un concept populaire selon lequel les épreuves rendent plus fort (dans le genre « tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort »).
    • Ce serait intéressant si on pouvait y croire…
      Or, ce que dit ou écrit publiquement Marian Giacomoni n’est jamais spontané et jamais vraiment sincère.
      (Et d’ailleurs, il sait bien qu’il n’a pas intérêt à être spontané, à être « lui-même », car alors le masque tombe, comme on l’a vu dans un des rares « moments de vérités » accessibles au public (ses déclarations comme quoi les autistes sont des « glumeux » etc. »).
    • Donc, il nous dit qu’il va être « humble »…
      Et, comme pour tout le reste, il faudrait qu’on y croie.
      Et il va probablement s’arranger (et tout arranger, avec ses manipulations) pour tout faire pour que la majorité des gens y croie…
      (Et il sait que ce qui compte dans le système non-autistique, c’est l’opinion dans la majorité, qui n’est pas forcément la vérité !)
    • D’un côté, nous dire qu’il est devenu plus humble est une manière très indirecte de « s’excuser », ce qui lui permet de s’en tirer à bon compte sans parler de ce qu’on lui reproche (surtout pas, car on voit mal comment il pourrait défendre par exemple son histoire de « glumeux »), ainsi, les Groupies Mariangiacomaniaques (et les autres victimes secondaires de la Mariangiacomanie), de même que les Mariangiacomanistes (qui connaissent la duperie mais préfèrent la couvrir), pourront dire « Vous voyez, le pauvre MG, il est tout contrit, il est « humble », alors arrêtez de vous acharner sur lui, enfin ! » (et on sort presque les mouchoirs, bref, du grand classique mariangiacomaniaque…)
    • D’un autre côté, c’est très vicieux, car en fait, qu’est-ce que c’est que cette histoire « d’humilité » ?…
      • Le fait qu’il est mégalomane n’est qu’une des multiples composantes de ce qu’on lui reproche, et peut-être pas la plus néfaste pour les autistes.
      • Le fait de se reconnaître lui-même (« humblement », donc) un souci avec l’humilité, c’est aussi une manière de se focaliser uniquement là-dessus, pour mieux faire oublier tout le reste (et il y en a !).
      • En gros, il fait « un effort », une « concession », sur une des facettes de tout ce qu’on lui reproche.
        Ou plus précisément, il DIT qu’il va faire un effort.
      • S’il dit qu’il est devenu humble, c’est qu’il veut que les gens y croient, et donc qu’il y a un intérêt.
      • En fait, faire semblant d’être plus humble est une chose assez facile pour lui, c’est juste un petit « peaufinage » de rôle.
        Il va donc juste continuer ses rôles divers, juste en « renforçant » le côté « humble » (ce qui était déjà relativement bien joué, avec son air « angélique » et doux).
      • Donc, tout ça n’est pas bien difficile à comprendre :
        • C’est juste une « stratégie » pour paraître encore plus inoffensif (il nous dit lui-même qu’il est devenu humble), donc le public le trouve « sympa », « vertueux »,
        • Ceci permet de gommer un peu les quelques inquiétudes et doutes consécutifs au MarianGate,
        • Et en même temps on peut donc s’attendre à une « amélioration de son rôle doux et inoffensif », donc à une augmentation de sa « puissance » en termes de persuasion et de toutes ses combines.
    • En gros, tout en méprisant le devoir d’explications que son « public » est en droit d’attendre, il « efface » ça d’un coup de baguette mariangiacomaniaque, et il nous annonce lui-même que, loin de reconnaître sa défaite, il va être (ou plutôt paraître) encore plus humble… et donc plus efficace et convaincant dans son art de faire semblant et de tromper les gens…
    • Ce que la décence imposerait, au vu des révélations, ce serait qu’il fasse sa révérence et qu’il disparaisse pour de bon du paysage ! Ce serait ça, la vraie « humilité » !
      Mais ce serait trop beau pour être vrai…
      En période de « voeux de meilleures années » et de « magie de Noël », on aurait presque envie de se pincer pour y croire, pour rêver qu’il a compris, qu’il se retire…
      Mais après avoir été « baladés » pendant 4 ans, et vu que MG ne peut pas exister sans l’image publique qu’il affiche (et qui se trouve être – malheureusement pour nous – « dans l’autisme »), il faudrait être totalement ahuri pour croire qu’il va enfin faire ce qu’il faut qu’il fasse pour les autistes : PARTIR. Nous laisser enfin tranquilles.
    • En plus, comment croire qu’il est sincère en disant le 31 décembre qu’il est devenu humble, alors que le 20 décembre il allait faire le mariole à la télé, dans un truc complètement superficiel et totalement dans le registre du « brillement super-égo », à la limite du délire mystique ??!
    • Comme toujours, MG roule son public dans la farine, chaque fois encore un peu plus finement !
    • Après le « Je suis autiste, et alors ? », va-t-on avoir droit à du « Je suis humble, et alors ? »
      (et si possible en lettres dorées, et avec au moins un million de spectateurs pour assister à tant d’humilité…)
    • « Enfin quoi, vous ne pouvez pas m’accuser d’être mégalo, puisque je vous DIS que je suis humble ! »
      (<sarcasme> Mais à part ça, on ne nous prend pas pour des « glumeux », non non… </sarcasme>)

Ainsi, l’année 2018, marquée par le début du Mariangiacomanisme dans toute sa nudité tartuffièrement « inregardable », s’annonce encore plus perverse, redoutable et nauséabonde que les précédentes…


Nous allons maintenant, pour mieux les comprendre, placer ces « voeux » dans leur contexte, grâce à la suite de cet article.




2/ Mariangiacomonisme, an I

Explications

Etant donné que les premières dénonciations et preuves fournies par le MarianGate, en décembre 2017, sont sans effet utile sur MG, sur la clique daniéliste, sur les autorités, et même sur le public (à l’exception de quelques rares courageux), nous avons maintenant la confirmation que le soutien plus ou moins passif ou actif, et la complicité de tous ces gens (sauf du public, qui ne peut qu’assister médusé ou fuir), est bien consciente et décidée, et confirmée clairement par le refus total et compact de s’intéresser aux agissements et problèmes dénoncés.

On ne peut plus laisser le « bénéfice de l’argument d’angélisme » aux « acteurs et actrices » de l’autisme en France, dont la plupart « savaient » mais pouvaient feindre d’ignorer la réalité de la Mariangiacomanie.

Maintenant, avec les premières révélations, ils ne peuvent plus prétendre ne pas être au courant, ou « ne pas voir de problèmes avec MG ».
Pour « ne pas voir de problèmes avec MG », il faut réellement se boucher les yeux et les oreilles (et peut-être le nez), et là, c’est actif, c’est de plein gré.

Les premières révélations du MarianGate auront au moins permis de montrer la complicité et la complaisance avec la duperie et la manipulation de tous ces gens (qui souvent usent de ces techniques), et de clarifier de quel côté sont les gens (du côté de l’authenticité, ou du côté de la fausseté).

Maintenant qu’on sait qu’ils n’ont pas du tout l’intention de lâcher leur « gentil pou », on sait qu’on entre dans l’ère du Mariangiacomonisme, sorte de doctrine politique dans le domaine de l’autisme, et assez similaire à pas mal d’autres « phénomènes non-autistiques » particulièrement absurdes (et lâches) dont notre pays a le secret.

En France, et notamment en matière d’autisme, « on marche sur la tête », donc dans la logique de « la fuite en avant », une catastrophe absurde, débile, pathétique et honteuse telle que le Mariangiacomonisme devait arriver, en attendant la suivante, qui sera fatalement encore pire.

Et tout ça à cause de quoi ?
Principalement à cause de l’incapacité MALADIVE, PATHOLOGIQUE des gens, dans ce pays, d’envisager que la vérité et l’authenticité puissent être des valeurs fondamentales et nécessaires.
Puisqu’ils refusent de l’admettre, alors ils se retrouvent tous dans des tromperies et mascarades de toutes sortes, ou les vainqueurs sont les plus fourbes.
Si Marian Giacomoni y prospère si bien, c’est parce qu’il excelle dans tous ces stratagèmes, ce qui est exactement le contraire d’un comportement autistique, et d’un comportement droit, honnête, et honorables (autiste ou pas).

L’authenticité et l’absence de calcul et de « stratégies sociales » étant des valeurs (et même des qualités) principales de l’autisme, et vu ce qui est exposé ci-dessus, alors il est évident que le fait de faire « défendre et représenter » les autistes par un personnage incarnant tout le contraire de l’autisme, et défendant des « anti-valeurs » qui sont les causes principales des maux sociaux, est une hérésie totale, une insulte, une offense, un abus fait aux autistes, un viol et une mise à mort de l’autisme, effectuée par un personnage qui voudrait « rééduquer » les autistes (pour qu’ils deviennent aussi faux et tordus, aussi « adaptés » que lui).

C’est pourquoi il faut commencer par le commencement, c’est à dire par virer ce type.

Ne pas comprendre cela, serait dû

  • soit à un manque de connaissance, d’analyse et de réflexion,

  • soit à de la mauvaise foi Mariangiacomaniste.

Malheureusement, nous ne pouvons que constater que l’année 2018 commence sous le signe du Mariangiacomanisme, la duperie des autistes la plus fourbe et la plus infame à ce jour.


Le Blocage Mariangiacomoniste, la Révélation Mariangiacomoniste

On ne peut pas prétendre vouloir aider les autistes, si on n’est même pas capables de virer un parasite anti-autistique faisant tout pour être au coeur de la représentation des autistes, et qui y parvient (Marian Giacomoni).

Si on ne peut pas lutter contre la présence et les agissement d’un clown pathétique et démasqué, comment pouvons-nous lutter contre les autres adversaires (systèmes, cliques, lobbies etc.), nettement plus sérieux et puissants ??…

En plus, comment les autistes pourraient-il s’organiser, quand ils sont infiltrés, en leur coeur, par un individu fourbe et manipulateur, disant qu’il est autiste sans aucun signe, nous représentant, et promouvant des choses dont la grande majorité des autistes ne veulent pas entendre parler (la « rééducation des autistes ») ?

Pour véritablement aller vers une vie meilleure pour les autistes, il faut que la société (des non-autistes) fasse des efforts d’adaptation (donc, pas uniquement les autistes).
Ceci est impossible sans comprendre l’autisme.
Pour faire comprendre l’autisme, et en défendre les « valeurs », il faut que les autistes qui nous représentent soient eux-mêmes suffisamment représentatifs de l’autisme, et capables de faire comprendre l’autisme (ce qui n’a rien à voir avec répéter les poncifs non-autistiques, les croyances non-autistiques, auprès « d’acteurs de l’autisme » qui sont généralement pour le « soin » ou la « rééducation » n autistes, c’est à dire contre l’autisme.
« Défendre » les autistes, en s’opposant à l’autisme, ça n’a pas de sens !

Pour véritablement comprendre et aider les autistes, pour réduire leurs souffrances sociales, il faut que la société redouble d’efforts, de dépassement de soi, d’abnégation, d’altruisme et de compassion, afin de se rapprocher de l’autisme, et donc de réduire le fossé.
Or les Mariangiacomonistes, en soutenant MG et en méprisant les valeurs d’authenticité, de spontanéité, de vérité, font exactement le contraire !

Ainsi, même si Marian Giacomoni n’avait pas le moindre pouvoir ni la moindre influence (ce qui est l’un des « arguments » avancés par les Mariangiacomonistes (et d’ailleurs, si c’était vrai, qu’attendraient-ils donc alors pour le virer, s’il était aussi inutile pour eux ?)), de toute façon la situation actuelle (la révélation du Mariangiacomonisme) agit comme une sorte de « révélateur » mettant en lumière les autres mascarades, en forçant les « acteurs officiels de l’autisme » à « choisir leur camp ».
Or, tous ceux qui sont invités dans les groupes de travail gouvernementaux, sans exception (sinon « que va-t-on penser de moi ?? ») ont préféré, en décembre 2017, opter pour le Mariangiacomonisme, c’est à dire l’acceptation passive de toute cette chienlit, souvent en disant « ça ne me regarde pas », ce qui est un comportement irresponsable et lâche, et méprisant pour l’authenticité et la dignité de ceux qu’ils veulent aider et défendre.
Le problème du Mariangiacomonisme n’est pas uniquement la présence de Marian Giacomoni dans l’autisme, mais l’ensemble du comportement hypocrite, lâche et sans vision à long terme, de tous ceux et celles qui sont censées enfin faire quelque chose pour améliorer la vie des autistes dans notre pays.
Et c’est pour cela que c’est si grave.

Et en plus, quand la simple présence de cette personne dans le paysage, ou même dans une simple conversation, suffit à semer la zizanie instantanément chez les autistes, avec par exemple :

  • Ceux qui refusent et dénoncent, et qui donc sont rejetés ou ignorés par les autres ;
  • Ceux qui croient devoir suivre des principes sociaux divers et débiles (pragmatisme, bonnes manières, ne pas faire de vagues, etc., que l’on pourrait plutôt appeler « autruchisme » (ou lâcheté) et « tartuffisme » (ou opportunisme)), sans voir qu’ils se font en fait rouler dans la farine par tout le système ;
  • Et ceux qui, dès qu’ils ont éventé la supercherie, ne peuvent absolument pas rester en présence de cette « méga-perturbation » de l’autisme (fausseté, manipulation, « prise de cerveau », totalement contraires à l’autisme, et hautement toxiques), et qui donc « fuient au loin » (et les exemples sont nombreux).

« Comparaison colonialiste »

Que diraient, par exemple, les Algériens (« de souche ») si, à l’époque de la colonisation, un mouvement indépendantiste se créait, et qu’il était rapidement « dirigé » par un Français bien « typique » et bien « blanc », chrétien, ne parlant pas un mot d’arabe, mais possédant une attestation disant qu’il est « Algérien », faite par une Administration coloniale française ne daignant jamais discuter, et qui irait représenter les « autochtones » auprès de celle-ci, en expliquant que pour que ces derniers aient moins de problèmes, il faut qu’ils apprennent à se comporter comme des Français, en effaçant leur culture, leur langue, leur religion, et en faisant tout bien comme on leur dit, pour une parfaite « assimilation »  (dans le domaine du handicap, on dit « inclusion ») ???!!
<sarcasme> Comme ça, s’ils utilisent bien « les bonnes manières occidentales » comme on leur a dit, alors les « gentils Français ouverts » ne verront plus aucune objection à les accepter parmi eux ! (Surtout si ça ne leur demande aucun effort, hein ! Et s’il n’y a aucun risque ! Paresse et couardise étant, semble-t-il, les deux mamelles de la France…</sarcasme>
Si, avec une telle comparaison, les Groupies Mariangiacomaniaques (et même les Mariangiacomanistes) ne comprennent toujours pas…
(Mais de toute façon, ils ne veulent pas lire… La vérité ne les intéresse pas… Trop fatigant, trop inquiétant…)


Le rôle public éminemment trompeur de Marian Giacomoni

En PUBLIC, ce personnage, joue le rôle d’un « gentil autiste angélique »…
(ainsi qu’on peut le voir à la télévision, même si, en analysant attentivement, le « masque a parfois du mal à tenir »)

Quand on dit qu’il « joue le rôle d’un autiste », en fait c’est pire que ça : il ne joue même pas le rôle d’un autiste (et quand il essaye, ce n’est vraiment pas crédible), mais il faut qu’on y croie…
En effet, il n’a jamais montré aucun signe d’autisme, pas même un signe « du passé », mais les Mariangiacomonistes nous disent (en privé) qu’il faut croire qu’il est autiste, parce qu’il aurait montré son diagnostic à une ou plusieurs personnes des « autorités », c’est-à-dire des gens qui n’ont pas le droit d’en prendre connaissance, et encore moins le droit de dire ce qu’ils ont lu…
(<sarcasme> Mais à part ça, on ne nous prend pas pour des « glumeux », non non… </sarcasme>)


En privé, quelques rares moments de « traces de vérité », quand le masque tombe brièvement…

Les gens « très observateurs » ont des doutes à propos de tout cette « construction mentale » de MG habilement servie au public, car on peut toujours trouver quelques petits détails qui « ne collent pas », quelques failles dans le rôle mariangiacomaniaque, même si maintenant il le maîtrise sur le bout des doigts.

Mais il est très difficile d’obtenir des preuves ou des confirmations, à part en discutant avec des anciennes victimes de ses manipulations, qui ont toutes vécu des expériences similaires, et ont très bien compris la fausseté du personnage (que nous appelons le « Trouble Mariangiacomaniaque« ).

En PRIVÉ, et dans ses très rares moments de faiblesse ou d’énervement qui font brièvement tomber son masque, on obtient des confirmations sur la véritable nature et personnalité de Marian Giacomoni, qui sont évidemment difficiles à prouver ou à montrer, mais il existe des éléments de preuve, dont certains ont déjà été dévoilés grâce à AutiLeaks, comme notamment le fait que Marian Giacomoni pense que « 90% des autistes sont des glumeux » (débiles mentaux, arriérés) 


« L’argument » opaquissime du diagnostic médical occultissime de MG

Le public n’a pas connaissance d’un seul mot de ce qui est écrit sur ce certificat médical, qui est le seul « argument » de défense des Mariangiacomonistes, tout est opaque, occulte, « bizarre », etc., comme par exemple le fait que d’un côté il passe son temps à dire, depuis 2014, qu’il est autiste, et que d’un autre côté, dès qu’il s’agit de le prouver, il n’y a plus rien, et il faut, au bout de plusieurs années, utiliser quasiment des armes de guerre (le MarianGate, en cours) pour arriver à faire en sorte qu’il daigne faire quelque chose, de pas du tout convaincant, en plus…
(<sarcasme> Mais à part ça, on ne nous prend pas pour des « glumeux », non non… </sarcasme>)


L’indispensable soutien des Mariangiacomonistes

Cette situation scandaleuse et insupportable est permise par le « Mariangiacomonisme« , incarné notamment par la complaisance et/ou la complicité de la quasi-totalité des acteurs et actrices de l’autisme (en commençant par Danièle Langloys (et la « clique daniéliste » qu’elle orchestre et qu’elle manipule à longueur de journée), sous le regard placide, passif et complice des autorités, le tout pour le plus grand bonheur de nos adversaires : les lobbies médicaux et médico-sociaux.




3/ Information pour les nouveaux venus dans le Cirque Français de l’Autisme, à propos du numéro « Marian Giacomoni »

Quelques rappels sur le « mystère Marian Giacomoni »

  • Il se présente à tous, et il est ensuite présenté officiellement comme « autiste », MAIS personne dans le public n’en a jamais vu le signe (ni dans le présent, ni des traces ou témoignages « du passé » – mais il est tellement fort qu’il va peut-être nous en sortir dans le futur, et d’ailleurs ça a déjà commencé, car il s’exprime parfois de façon « bizarre » et assez lente, auprès de certains officiels).
     Ainsi : 

    • Personne n’a jamais vu ou entendu parler (pas même par lui) de quelconques particularités sensorielles ou « neurologiques » qu’il aurait (et qui sont pourtant présentes chez tous les autistes) ;
    • Personne n’a jamais vu ou entendu parler (pas même par lui) de quelconques difficultés de communication qu’il aurait (et qui sont pourtant présentes chez tous les autistes – lui communique tout à fait « normalement », sauf dans ses écrits, qui sont toujours « calculés » (pour produire des résultats dans le cerveau des gens)) ;
    • Personne n’a jamais vu ou entendu parler (pas même par lui) de quelconques difficultés de « socialisation » qu’il aurait (et qui sont pourtant présentes chez tous les autistes – lui est comme un poisson dans l’eau dans toute situation sociale, et ce d’autant plus qu’il s’arrange très vite pour « façonner » ce que les autres pensent de lui) ;
    • On ne lui connaît aucune qualité autistique (comme par exemple la détection d’incohérences, la « vision » en détails) ;
    • On ne lui connaît aucune originalité (et au contraire il est d’une grande banalité à tous les niveaux ; on ne voit absolument aucune différence entre lui et n’importe quel « mec normal » de n’importe quelle banlieue française) ;
    • Il n’a aucun « charisme » ou « pureté » ou « inspiration » ou « trait de génie » ou « petit truc en plus » (alors que chaque autiste présente au moins une de ces particularités) ;
    • On ne lui connaît aucune créativité autistique particulière (à part ses blogs et vidéos, qui n’ont absolument rien d’autistique, puisque tout y est minutieusement calculé, ce qui crève les yeux) ;
    • Il n’a aucune spontanéité ou « candeur » ou sincérité (bien au contraire, il « calcule » tout, il est à fond dans la « stratégie » et même le « marketing », et même la fourberie ou la duplicité, mais à un très haut niveau (donc difficile à voir)) ;
    • Il ne vit que par l’image de lui-même renvoyée ou exprimée par les autres (ce qui est l’exact contraire de l’autisme) ;
    • Il n’a absolument aucune anecdote autistique à raconter (ce qui est tout simplement « ébouriffant », quand on sait à quel point tous les autistes voient leur vie parsemée de « problèmes » et malentendus et situations « spéciales » – mais c’est logique, puisque, dépourvu de toute trace ou manifestation d’autisme, on voit mal comment il pourrait se retrouver dans de telles situations) ;
    • Il n’a jamais pu montrer publiquement un diagnostic d’autisme le concernant :
      • Mais en 2014 il disait que son certificat était « dans des cartons » (alors qu’il avait toujours vécu dans la même maison) ;
      • Un peu plus tard, croyant sans doute que ça suffirait, il a gratifié son « public » d’une vidéo où il montre ce qu’il présente comme son certificat médical, mais sans qu’on puisse y déchiffrer le moindre mot (il nous dit juste que la conclusion est « comme Rainman, mais en plus con », ce qui ne signifie pas grand chose ;
      • En décembre 2017, sous la pression des révélations du MarianGate, les Mariangiacomonistes disent que MG aurait envoyé son certificat médical à quelqu’un de la HAS (ou du Plan Autisme ? Tout ça est bien vague), et pour eux, ça règle absolument tout le problème MG, et il n’est pas imaginable qu’il puisse y avoir une erreur médicale dans le diagnostic (or, quand on voit certaines de ses premières vidéos, on se dit que s’il a joué le même genre de choses devant le médecin, celui-ci n’allait pas le laisser repartir sans un diagnostic bien « carabiné » (car ses rôles, dans ses vidéos, parfois c’est vraiment « du lourd » – d’ailleurs il y joue aussi bien (ou aussi mal…) l’autiste caricatural que le psychiatre caricatural !  Puisqu’on vous dit que ce type n’est jamais vrai en public, et passe son temps à jouer des rôles ! Ca crève les yeux, et rien que ses différents rôles en vidéo le trahissent !)
        • En plus de ça, comme par hasard, au lieu de publier tout ou partie de son certificat médical ce qui lui aurait permis de se défendre facilement (si le contenu est « valable » bien sûr), il a choisi de l’envoyer aux seules personnes (les autorités médicales) qui n’ont pas le droit d’en prendre connaissance ni surtout de parler ce qu’elles ont pu y lire ! Un peu facile…
        • Donc, « deux poids deux mesures » :
          • Quand les très rares résistants à toute cette chienlit, c’est à dire nous les autistes authentiques qui s’expriment, dans le contexte du MarianGate nous mettons des preuves sous les yeux des gens (quand « on leur met leur nez dans leur caca »), alors c’est « cachez ce sein que je ne saurais voir » (Tartuffe) : il ne se passe RIEN, personne ne parle des problème montrés, tout est fait pour étouffer, pour être dans le déni, bref 1984 de George Orwell, revu et corrigé à la sauce 2018 par le Mariangiacomonisme…
          • Par contre, quand cette « nomenklatura » mariangiacomoniste, qui a tout le pouvoir, veut se défendre, il lui suffit de dire que MG à envoyé son certificat à une personne des autorités, et pfuittt, miracle mariangiacomoniste, il n’y a plus aucun problème, et par exemple l’histoire des « glumeux » (pour ne citer que ça !), ça n’existe pas, ils n’en parlent jamais (surtout pas !)…
    • Il est « présenté comme expert » ou « présenté comme personne qualifiée », alors qu’il n’a aucune expertise en matière d’autisme, et qu’il se borne à répéter les théories en vigueur, et que, en plus, il promeut des « thérapies » dont les autistes ne veulent pas entendre parler, en général.
    • Il se présente et il est présenté comme « chroniqueur (ou invité) handicapé » : on a beau se frotter les yeux, et essayer, avec toute la bonne foi ou la mauvaise foi du monde, en faisant d’énormes efforts d’imagination ou de divination : il n’y a aucun moyen de trouver EN QUOI Marian Giacomoni serait handicapé ! C’est quoi, son handicap ?? Et si par miracle on arrive à le trouver, c’est sûrement pas un handicap autistique ! Car tout de même, depuis 2014, on en aurait vu quelques indices, vu toutes les occasions que ne manque jamais ce personnage pour se mettre en scène…
    • En plus de ça, comme si ce n’était pas assez, il a un très long historique, malheureusement très riche, de manipulations et sévices mentaux qu’il a fait subir (intentionnellement ou non), à tout un tas de victimes, surtout féminines, à un tel point qu’elles ne veulent plus jamais entendre parler de lui ni de tout ça.
      • Si vous avez le coeur bien accroché, vous pouvez lire les témoignages 1 et 2 de Marie Arnould, qui donne une idée du genre de calvaire et de détresse provoqués par les lavages de cerveau, « dictatures mentales » et autres spécialités de MG (qui semblent sa manière « naturelle » de fonctionner, et personne ne sait s’il s’en rend compte).
    • Il a été très connu aussi dans tout un tas de forums et de groupes Facebook, dans lesquels il a semé zizanie et harcèlement, et dont certains ont périclité à cause de lui.
    • Il a également semé la zizanie dans des associations, il a été obligé de démissionner d’une association qu’il avait lui-même fondée (Autistes & Co), et il a « phagocyté » l’association SAtedI, dont on ne sait pas grand chose sur la composition du bureau, puisque, très étrangement, la page Internet n’est plus à jour depuis plusieurs années ( depuis « 2014-2015 ») …
    • On passera sur les autres catastrophes plus privées (comme une dette de 50000€ que sa famille a été obligée de payer, sans parler de divers drames humains de l’ordre de la vie privée, dûs à son fonctionnement de <sarcasme> « Trouble du Développement Envahissant » </sarcasme>).
    • Et sans doute d’autres choses (la liste est longue, on en oublie à chaque fois et on ne connaît pas tout.

Et j’allais oublier « le pire du pire » (tellement énorme qu’on n’arrive même pas à y penser) :
– Il pense que les autistes sont « instables » (et que « si on ne le reconnaît pas, alors c’est de l’ordre de la psychose »…)
– Il pense que « 90% des autistes ne peuvent pas penser par eux-mêmes »
– Il pense que « 90% des autistes sont des +glumeux+ » (débiles mentaux, arriérés)

« Normalement », rien qu’avec 10% de tout ça, un type pareil devrait être écarté de l’autisme à tout jamais !
Mais non ! Pour les Mariangiacomonistes, « il n’y a aucun problème avec Marian Giacomoni »…
Et ils s’accrochent à ça avec une telle vigueur, qu’on se demande forcément ce que ça cache…


Bref historique de quelques activités mariangiacomaniaques de 2014 à 2017 (liste loin d’être exhaustive)

  • Début 2014, il commence à tisser sa toile sur Internet
    (Pour rappel : comme il l’a dit à la télé, il est « analyste programmeur », donc il a forcément des « facilités » pour « analyser et programmer » également… les gens… – Et ce d’autant plus qu’il a fait deux ans d’études de psychologie (chose qu’il ne semble pas crier sur tous les toits…)).
  • Mars-avril 2014 : il commence à tenter d’envahir la cible qu’il a choisie : l’Alliance Autiste, en essayant de prendre le contrôle des pensées (si si, c’est vraiment ça !) de son fondateur (moi-même, Eric LUCAS), tout en semant très rapidement la zizanie, par quelques remarques et agissements bien précis.
    (Suite aux troubles provoqués, les quelques dizaines d’autistes qui étaient intéressés au début se sont tous plus ou moins « enfuis », et l’association, qui était à peine naissante, n’a jamais pu réellement s’en relever.)
  • Début juin 2014 : il essaye de manipuler le fondateur de l’Alliance Autiste pour lui « faire envoyer des emails à tous ses contacts » (dans l’autisme) pour lui faire « démentir » ce qu’il a rapporté sur MG, en le persuadant d’écrire des choses qu’il ne pense pas.
    Après plusieurs jours de « lavage de cerveau » laborieux et peu fructueux, MG finit par dire à Eric LUCAS : « Ca va être ta parole contre la mienne : soit tu publies un démenti où tu expliques que tu as mal compris, et que je n’ai jamais dit (sur Julie) ce que tu as dit que j’avais dit, soit c’est moi (MG) qui vais le faire, en disant que tu as inventé ».
    Donc, MENACE de MENSONGE disant que j’ai MENTI, pour M’OBLIGER A MENTIR  !!
    ERREUR FATALE !!  10 fois plus qu’il n’en faut, pour que MG soit exclu de l’Alliance Autiste, jusqu’à la fin des temps…
    C’est un de ces rares moments où MG, poussé dans ses retranchements, sort de ses gonds bien huilés, et montre son véritable visage, qui est diamétralement opposé à son « masque suave »…
    (Un peu de la même manière que lorsqu’il est sorti de ses gonds en affirmant que « 90% des autistes sont des glumeux » (entre autres atrocités), et que, « pas de chance » pour lui, il était enregistré… Donc là on a enfin des preuves de ce qu’il cache très soigneusement).
  • Septembre-octobre 2014 : il s’incruste dans l’affaire Timothée (toujours pour sa « gloire », son « buzz », ses articles etc., en s’arrangeant pour me discréditer discrètement en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, alors que j’aidais la famille (et que j’ai continué à le faire pendant des années, comme j’ai pu).
    La mère de Timothée (Maryna) a ensuite reconnu qu’elle s’était fait berner (comme tout le monde !) par ce type, et on peut le deviner en lisant le peu de commentaires qu’elle en fait dans cet article de témoignages (notamment quand elle dit « Dieu marque le malin », ce qui est loin d’être élogieux pour MG… Moi je ne l’ai encore jamais comparé à des choses « sataniques » (enfin, je crois), mais parfois, je me pose des questions à ce sujet…)
  • Ce même article de témoignage, lui-même, est déjà assez accablant (à cet époque il « harcelait » et ennuyait pas mal de monde dans divers groupes ; la plupart de ces témoignages datent de 2014, et à cette époque il était vu juste comme une « persona non grata » dans l’autisme, pas vraiment inquiétante, juste pénible et pathétique.
    La plupart des gens qui l’avaient « percé » ne l’avaient fait qu’assez superficiellement, et pensaient qu’il allait finir par s’isoler tout seul, tellement tout le monde en avait marre de lui…
  • Pourtant, il s’est arrangé pour « gommer » les « défauts visibles » qu’on lui reprochait, et il a continué ensuite beaucoup plus discrètement, à partir de 2015…
    C’est toujours la même personne, avec les mêmes vices et la même duplicité, mais il s’est « amélioré » dans son jeu, et maintenant il « endort » tout le monde (ou presque…).
    Et c’est un jeu d’enfant pour lui, car chaque fois qu’un autiste parvient à voir derrière le masque, c’est tellement anti-autistique qu’il n’a pas d’autre choix que de « fuir au loin », presque par réflexe de survie ou en tous cas de protection contre cette « pollution ».
    Donc, avec tous les stratagèmes qu’il a élaborés, il a fini par conquérir très très habilement et doucement presque tous les esprits (et parfois les coeurs) dans le paysage, dans son « public ».
    (Il existe quelques exceptions qui ne sont pas dupes, mais personne ne les écoutent, et vu qu’elles n’ont pas envie d’être « mal vues » (en émettant une opinion « non-consensuelle ») alors, elles ne disent rien ! Oui, c’est très très idiot comme mécanisme, mais c’est comme ça que marche le « non-autisme »…)
  • Donc, en 2015, il s’est arrangé pour être dans le bureau de SAtedI et pour, ainsi, arriver à « s’infiltrer » jusque dans le Groupe de Pilotage de la Recommandation autistes adultes de la HAS !
    La HAS a été informée par moi-même, au début très précautionneusement, puis à la fin de manière très très explicite, mais ces gens n’ont jamais daigné prendre ça au sérieux, et, même maintenant, ils couvrent cette aberration (des Recommandations dirigées par un malandrin voyant les autistes comme des glumeux), en s’abritant derrière leurs « règles méthodologiques » dont il faut croire que l’éthique en est absente…
  • En juillet 2015,  j’avais dénoncé les agissements mariangiacomaniaques sur Facebook, de manière très outrée et révoltée, mais ça n’a pas eu d’autre effet que je me faire rejeter et traîner dans la boue par presque tous…
    Et j’ai compris plus tard que mes dénonciations, très longues, explicites et précises, avaient en fait plutôt aidé MG (toujours dans le calcul, la préparation, la manigance) à mieux masquer tout ce que je lui reprochais.
    Donc maintenant, il devient quasiment impossible de savoir, sauf pour d’anciennes victimes, ou si on arrive à « déterrer » d’anciennes preuves, ce qui est évidemment très difficile…
    Ce type est réellement une calamité sans nom et désespérante pour l’autisme en France…
  • Personnellement, ayant fui la France à partir de fin 2015, en partie à cause de toute cette « chienlit » (et en totalité à cause de toutes les « chienlits administratives françaises »), j’ai pu me tenir suffisamment protégé de ces agissements maléfiques, mais en même temps je ne sais pas très bien ce qui s’est passé en 2016.
  • En octobre-novembre 2017, j’ai appris, écoeuré, que MG avait réussi à être dans le Plan Autisme 4, et en même temps j’ai eu la chance d’être mis en contact avec d’autres personnes conscientes du problèmes, et suffisamment scandalisées pour faire l’effort de me contacter, dans ma retraite.
    Nous avons donc commencé à chercher des informations, des témoignages, ce qui n’est pas facile puisque la quasi-totalité des victimes ne veulent surtout plus jamais entendre parler de ce type (ce qui se comprend aisément, après avoir vécu une sorte de « viol mental »).
    Mais nous avons tout de même trouvé des choses « intéressantes », que nous avons commencé à divulguer dans une « opération vérité » nommée « MarianGate » (puisque souvent les éléments probants sont des « fuites », ce qui a donné naissance à « AutiLeaks » (qui n’a pas vocation à s’occuper que de MG, qui n’est que le guignol sinistre le plus « emblématique » de tout le « Grand Cirque Français de l’Autisme » (ou la « Comédie Française de l’Autisme »)).
  • Le 16 novembre 2017, j’avais demandé des explications ou réactions, et bien sûr la fin de l’imposture, par LRAR et en vidéo, à la secrétaire d’Etat pour le handicap et l’exclusion (qui naturellement n’a jamais répondu, mais tout cela montre le mépris, et intéressera l’ONU).
    Ma vidéo était certes très glaciale et presque effrayante, mais j’étais très révolté et en même temps « formel » (très sérieux), et toujours sincère.
    Un peu plus tard après les premières divulgations, j’ai fait une vidéo complémentaire, nettement moins « refroidissante » (et plus personnelle).
  • Le 17 novembre 2017, juste le lendemain de cette accusation très accablante le visant nommément, MG fait sa première télé dans « TPMP » (chose que je pouvais pas prévoir, mais peu importe).
    De cette émission, on peut relever au moins ce qui suit :

  • Le 30 novembre 2017, j’apprends, incrédule et très choqué, que MG est arrivé à se faire nommer parmi les deux « autistes » dans Comité de Pilotage du 4ème Plan Autisme !!!
    De ce fait, l’excuse de « l’Angélisme Administratif » ne tient plus, car il y a suffisamment de gens au courant !
    (En 2015, avec la HAS, à la rigueur on aurait pu penser que l’acceptation de MG était une erreur sur laquelle ils pouvaient difficilement revenir, mais qu’ils n’auraient pas voulu recommencer, mais avec une telle récidive, ce n’est plus possible !).
  • Il n’y a donc plus aucun « scrupule » qui tienne, et les « grandes manoeuvres » commencent, avec une première « bombe clarificatrice », sur MG,  le 01/12/2017.
  • Personne n’aurait pu croire une énormité pareille en 2014, mais pourtant c’est arrivé !! Tout ça grâce à la passivité, la complaisance, et la complicité de tous les gens autour de lui, dont la plupart ne sont pas dupes, et dont on peut le prouver, comme ça a déjà été fait pour la principale responsable de cette « couverture » (en vertu de son pouvoir de décider de qui est acceptable et qui ne l’est pas), Danièle Langloys : elle a ainsi eu droit à ses 2 mn de « gloire » en vidéo (peut-être pas comme elle aurait souhaité…).
    (C’est la « deuxième bombe »… En 1945, au Japon, deux bombes avaient suffi… Mais en France, en 2017, les adversaires se croient plus malins et plus forts, et n’en ont rien à faire de la vérité et de l’authenticité, donc, fidèles à leur « autruchisme », ils ont choisi de faire comme si ces deux premières bombes n’existaient pas… en attendant très bêtement les suivantes !… Ou plutôt, en « considérant » qu’il ne s’est rien passé, et que donc il ne se passera rien… C’est la France… C’est la méthode des « fabricants de vérité »… )
  • Le 20 décembre 2017, alors qu’il « faisait le mort » en baissant la tête sous les bombes, rien à faire, il se précipite à nouveau à la télé, et là c’est encore plus pathétique et révélateur de son fonctionnement (pour ceux et celles qui continuent à s’obstiner à ne rien voir et ne trouver « aucun problème »…)
  • Le 31 décembre 2017, pas démonté, il nous envoie ses voeux à son public, en choisissant une stratégie encore plus redoutable que tout ce qu’il nous a servi en 2014, 2015, 2016 et 2017 (4 ans de MG, déjà !! :-((( ) : maintenant, son « truc », ça va être l’humilité … 
    On n’a pas fini d’en baver avec ce phénomène….
    ET TOUT CA A CAUSE DE L’INACTION ET DE LA LÂCHETÉ DES LARVES ET DES RAMPANTS !! (qui se reconnaîtront !)
  • Il y a sans doute d’autres points importants, que j’ai oubliés…
    Le cas MG est une monstruosité qui occuperait plusieurs personnes à temps complet, donc pardon pour les lacunes…
  • Je sais bien que mes textes sont « politiquement et socialement incorrects », mais je suppose que c’est par réaction aux comportements mariangiacomaniaques, pour ne surtout rien faire qui pourrait y ressembler…

C’est donc dans ce contexte que le « Maître des Glumeux » vous souhaite une bonne année 2018…