#MarianGate : Demande officielle de vérification et de fin de l’Imposture Marian Giacomoni (16/11/2017)

En étant désolé pour les désagréments engendrés par ma sincérité, je dédie cette lettre (et les vidéo-clips correspondants) aux pouvoirs publics français préférant collaborer avec un imposteur manipulateur (et l’honorer en l’invitant à l’Elysée) tout « en ignorant » les « calvaires trop difficiles » imposés aux autistes à cause de l’incurie, de la duplicité, de la complicité et de l’angélisme administratifs, comme par exemple le fait d’ignorer sciemment les appels au secours d’un autiste authentique (moi-même), véritable défenseur des autistes, martyrisé depuis des années, au point de faire – en exil – une grève de la faim de deux semaines en juin 2017 (juste dans l’espoir d’obtenir un interlocuteur !), ignorée et méprisée comme d’habitude, comme presque tous les efforts et les situations de bonne foi et de bonne volonté dans l’autisme.

Vive la France…
Eric LUCAS


Cet article comporte 4 éléments :

  1. Le vidéo clip COURT (« extraits »), de 14 minutes environ, exposant les points les plus spécifiques à l’Imposture en question ;
  2. Le vidéo clip INTEGRAL, de 26 minutes environ, qui tente de placer cette affaire dans son contexte (la « gestion » de l’autisme en France), et qui donne davantage de détails ;
  3. La lettre à Madame la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées (lue dans les clips), en version PDF ;
  4. Le texte de cette lettre, copié-collé dans le corps de cet article.

 1/ VIDEO CLIP COURT (« EXTRAITS ») (14 minutes environ) :


2/ VIDEO CLIP INTEGRAL (26 minutes environ) :


3/ Lettre à Madame la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées (lue dans les clips), en version PDF :

20171116 AA_Protec_MarianGiacomoni Demande de vérification et de fin d’imposture_(public)

Reçu de la poste (LRAR) :

Reçu LRAR de la poste

Reçu LRAR de la poste


4/ Le texte de cette lettre, copié-collé dans le corps de cet article :

Alliance Autiste
ONG d’autistes pour l’entraide
et la défense globale des autistes
http://AllianceAutiste.org
contact@AllianceAutiste.org

Madame la Secrétaire d’Etat
chargée des Personnes Handicapées
14 avenue Duquesne
75350 Paris SP 07
FRANCE

LRAR RR023681973BR
20171116 AA_Protec_MarianGiacomoni Demande de vérification et de fin d’imposture

Le 16/11/2017

Madame la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées

En tant que personne autiste comprenant l’autisme, en tant que fondateur de l’Alliance Autiste et du CCNAF, et activiste défenseur international des autistes et d’autres minorités vulnérables auprès des Organisations Internationales notamment, j’ai l’honneur de soumettre la présente à votre haute attention.

Si je vous écris aujourd’hui, publiquement, ce n’est pas pour vous solliciter à nouveau aux fins d’obtenir au moins un interlocuteur et / ou une assistance dans l’espoir de faire cesser mon Supplice Administratif Français imposé à titre personnel (dont je vous prie de pardonner le caractère “criant” dû à la souffrance résultant de ma grande sensibilité à l’injustice), puisque même un exil et une grève de la faim de deux semaines, en juin, n’ont pas permis de lui réserver une attention susceptible de produire une réponse de votre Cabinet.

Je ne vous écris pas non plus pour déplorer à nouveau l’absence totale de soutien de nos efforts associatifs en tant qu’Alliance Autiste depuis 3 ans, ou même seulement de réponses, comme par exemple à ma dernière lettre recommandée intitulée “Bilan avril 2017”.

Il est vrai que le rapport que nous avons soumis au Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU en 2015, qui a contribué à montrer les graves manquements et surtout la duplicité de l’Etat français en matière d’autisme, a contraint vos prédécesseurs à certaines contorsions embarrassantes pour tenter de faire croire en la bonne foi de l’Etat, ce dont je suis désolé pour vous.

Je ne vous écris pas non plus, enfin, pour fustiger encore une fois la complaisance (pour ne pas dire la complicité) des pouvoirs publics français avec le “lobby médico-social” (ou devrais-je dire plutôt “médico-socio-financier” ?), cet hydre qui se nourrit des trois milliards d’euros de la rente annuelle “Spéciale Autisme” (facile et automatique grâce une “Sécurité Sociale” dont la générosité est permise par les ponctions obligatoires des contribuables de notre pays), en nécessitant, pour son confort et sa sécurité, de contraindre les autistes et d’autres personnes handicapées à l’enfermement dans les murs de “centres” qui les privent de possibilités d’accéder librement et naturellement à la découverte de la vie, à leur manière, avec les aménagements et l’accessibilité universelle à fournir, dans la cité, par les pouvoirs publics.

Je vous prie de bien vouloir pardonner ces quelques rappels douloureux.

En fait, l’aberration au sujet de laquelle j’ai l’honneur de m’adresser à vous aujourd’hui me permet de mieux comprendre comment il est possible que des errements aussi incroyables puissent exister dans notre pays, soi-disant “développé” et “patrie des Droits de l’Homme”.

En effet, j’en suis arrivé à penser que toutes ces calamités que nous devons endurer ne sont peut-être pas forcément – ou pas seulement – le résultat de la mauvaise volonté, de la mauvaise foi ou d’accords secrets, mais tout simplement la conséquence de l’ignorance, de la crainte amenant à “éviter” et à “ignorer” les difficultés les plus pénibles, et assurément d’un certain Angélisme Administratif.

Je veux en venir, bien sûr, à “l’Imposture Marian Giacomoni”.

Etant donné que ce sujet ne concerne ni mon calvaire administratif personnel, ni notre association en particulier, ni même le lobby liberticide égoïste et cupide que je dénonce, mais plutôt l’ensemble de la population autiste de notre pays, et surtout l’honneur, la décence et la justice pour les personnes handicapées et pour la France, il se pourrait que votre Cabinet accepte enfin de réagir et de prendre les mesures qui s’imposent.

Cette demande est officielle et solennelle.

Si mes avertissements, qui était confidentiels au début, avaient été pris au sérieux, nous n’en serions jamais arrivés à une situation aussi absurde et indigne, qui va entraîner encore plus de difficultés, de tensions et de souffrances, tant que les pouvoirs publics français continueront à “ignorer sciemment” cette mascarade, désormais bien “enkystée” et fort délicate à déconstruire.

Je me passerais bien de tous ces problèmes, en ayant déjà beaucoup plus que de nécessaire, et je continue à espérer que le Secrétariat aux Personnes Handicapées de mon pays va enfin se décider à écouter et à vérifier ce que j’explique.

Je sais que de votre côté “vous ne voyez rien” de ce que je dénonce, et que l’attitude de mes collègues ne semble pas confirmer ce que je dis.

C’est tout simplement parce que ce personnage est très fort et très subtil dans son jeu de rôles, en paraissant particulièrement inoffensif et tout le contraire de sa vraie nature (que je dénonce depuis fin 2014), et parce que mes collègues, autistes, sont déjà bien assez submergés de difficultés, de stress, de combats à mener, et – souvent – ne peuvent pas seulement penser à une situation aussi déstabilisante.

Sans parler de l’état de charme et de manipulation mentale, très discrets mais très efficaces, affectant toutes les personnes approchées par ce personnage et dont il estime qu’elles peuvent lui servir.

La plupart des autistes “proches des hautes sphères” savent – ou se doutent – que je dis vrai, même si c’est dit avec une véhémence qui me dessert mais dont mon besoin de sincérité m’interdit de me départir.

Mais ils semblent plus ou moins “pétrifiés” par cette situation, beaucoup trop difficile à gérer pour l’immense majorité des autistes.

En plus de cela, ils ne veulent pas avoir à subir le même sort que moi, ostracisé et traîné dans la boue suite à mes dénonciations révoltées, et maintenant exilé en partie à cause de cette inadmissible imposture.
Si je pouvais accepter aussi facilement l’injustice, je ne ferais pas ce que je fais pour l’autisme depuis trois ans.

Croire que cette affaire est un litige personnel entre lui et moi est l’erreur la plus grossière et courante ; et croire que je serais une sorte de “fou furieux” paranoïaque ou “haineux” est à peine moins impropre.

C’est évidemment ce que l’intéressé tente de faire accroire, pour détourner l’attention et pour laisser entendre que le problème est entre moi et lui (une simple querelles de personnes, sans aucun intérêt pour moi), et non pas entre lui et les autistes (chose infiniment plus grave).

Or je ne suis que celui qui montre le problème.
Le problème, pour lui, c’est mes dénonciations, car c’est ce qui le dérange lui.
Le problème, pour moi, c’est sa présence et sa tromperie intégrale dans le paysage de l’autisme.
Si je faisais passer ma personne et ma tranquillité avant le reste, je ferais comme tout le monde dans cette histoire : je ferais “semblant que tout va bien”, je me forcerais à croire à la pièce.

Autiste, je suis naturellement TRES révolté par ce que j’observe, et je n’ai ni le réflexe ni l’envie de cacher cette révolte, ou d’entrer dans une sorte de soumission à la “Tartufferie socialement convenable”. Merci pour votre compréhension.

J’ai donc l’honneur de rappeler à votre Cabinet, par cette lettre recommandée, les dénonciations et alertes auxquelles me contraint cette situation particulièrement malheureuse, aberrante et toxique pour l’ensemble des personnes autistes de France, suite à l’infiltration depuis 2014 dans “notre monde” par ce personnage apparaissant comme tout le contraire d’un autiste dès qu’on se frotte un peu les yeux pour sortir du “mirage”.

J’ai suffisamment fréquenté cette personne, et j’ai eu de nombreuses occasions de voir son réel visage, diamétralement opposé à l’image lisse, angélique et inoffensive qu’il présente, et qu’il a su remarquablement peaufiner au fil des ans.

J’aimerais notamment savoir si vous pouvez indiquer aux autistes et aux familles si M. Marian Giacomoni a été choisi par les pouvoirs publics en tant qu’autiste, ou en tant que personne non-autiste, lorsqu’il participe aux groupes de travail du plan autisme 4, et au Groupe de Pilotage des Recommandations pour les autistes adultes HAS-ANESM.
Et en quoi consistent l’expertise ou la qualification qui ont été retenues pour ces choix.

(Je me doute bien que ce qui a été retenu, c’est surtout la facilité, mais je suis obligé de vous poser officiellement cette question, désolé.)

Je précise avoir moi-même quitté le Groupe de Pilotage en question, en raison de cette « mascarade » et du refus implicite de la HAS de commenter, car je ne pouvais plus continuer ainsi d’être un “complice obligé” de tout ce fumisme.

Ne serait-ce qu’en tant qu’autiste “individuel”, je crois avoir droit à des explications et justifications relatives à “ma défense et ma représentation” par une telle caricature.

La question de savoir si Marian Giacomoni est autiste ou non est cruciale, dans la mesure où il se présente comme tel, à tous, depuis avril 2014.
(En mai 2014 il m’a dit avoir “deux diagnostics d’autisme”, mais quand j’ai commencé à avoir des doutes, il m’a dit que c’était “quelque part dans des cartons”…)

Vous comprendrez qu’il y a là une question de décence pour la représentation des autistes, qui ont déjà bien assez de difficultés et de souffrances, pour ne pas devoir, en plus, subir l’infamie insigne d’être représentés par un usurpateur manipulateur.

Monsieur Giacomoni se présente constamment comme « autiste », dans toutes ses vidéos et à toutes occasions, et même au point de prendre le pseudonyme « Autisme » dans un forum (Aspéransa).

(Tout est bon pour lui pour asseoir sa tromperie monumentale, et maintenant avec la HAS, puis le plan autisme 4, il peut être satisfait…  Je suis donc forcément quelqu’un qui raconte n’importe quoi, puisqu’il siège partout comme autiste ou comme expert de l’autisme (personne ne sait vraiment…  surtout, ne pas poser de questions pendant la pièce de théâtre…) Tout ça grâce à la naïve docilité administrative, merci, vraiment…)

Mais pourtant il n’est pas difficile de remarquer :

– qu’il ne présente aucun signe visible d’autisme ;

– que personne n’a jamais vu qu’il ait la moindre particularité sensorielle ;

– qu’il n’a – très curieusement – aucune anecdote autistique à raconter (à tel point qu’il utilise des personnages fictifs dans ses vidéos et articles, alors que tous les autistes ont des expériences particulières presque chaque jour) ;

– que l’on ne lui connaît aucune créativité particulière, ni « intérêt intense autistique » particulier ;
– qu’il ne présente aucune “qualité autistique” comme par exemple la sincérité ou l’absence de calcul (et c’est le moins qu’on puisse dire !) ;

–  qu’il n’a aucune publication sérieuse à son actif sur l’autisme, qu’il n’a rien apporté, et qu’il se borne à répéter ce qu’il lit et entend, avec pour seule valeur ajoutée son air docte ou ses farces enregistrées ;
– et enfin, et surtout, qu’il n’a jamais été capable de montrer un diagnostic d’autisme le concernant… y -compris à ses propres collègues de l’association qu’il a fini par “habiter” en éloignant les autistes authentiques ayant percé son jeu, et ayant fui au plus loin ce poison, comme tous, même moi !

Vous conviendrez peut-être que cela fait beaucoup…

Franchement, je veux bien que quelqu’un me montre en quoi ce monsieur est représentatif des autistes !
Si on avait voulu trouver l’exact contraire, on aurait difficilement pu faire mieux…
(C’est un peu comme cette histoire de vizir qui veut être autiste à la place du calife naïf, enfin bref.)

En plus, quand on le connaît “derrière la scène”, il est tout à fait banal, et présente des caractéristiques typiquement “non-autistiques” d’une platitude des plus affligeantes.

Et notamment des vices communs (mais je ne retiendrai ici que ceux que je décris et qui nous nuisent, pour ne pas l’accabler de manière non nécessaire).

Il n’est pourtant pas bien difficile de comprendre que, publiquement, il est constamment “en représentation”.

Par exemple, même dans ses vidéos (assez discutables, mais bref…), il joue des rôles très différents de ceux qu’il endosse dans les rencontres et réunions physiques, et en plus de cela “il n’arrive tellement jamais à être authentique” que même dans ses vidéos il joue parfois le rôle d’un “lui-même fictif” qui jouerait le rôle d’un autre personnage, comme par exemple avec son “Marian-fait-des-vidéos” jouant le rôle d’un psychiatre caricatural, comme son “Docteur Maboul” (qui, en plus, est le nom d’un jeu de société disponible en supermarché : décidément aucune originalité, aucune créativité, vraiment rien pour lui…).

En fait, il ne sait que jouer des rôles : Marian-autiste, Marian-autiste-singeant-psychiatre, Marian-expert-autisme-officiel, Marian-je-joue-des-rôles-pour-briller-et-je-dupe-la-France, etc.
A croire qu’il ne peut jamais être lui-même.
Mais existe-t-il réellement, au fond de lui, un authentique Marian Giacomoni, en accord avec son identité originelle ?
C’est bien la grande question…

En attendant, c’est à se demander si ces singeries ne servent pas plutôt nos adversaires, sans doute ravis d’avoir à affronter un pitre pathétique et en réalité assez complaisant avec eux, sans compter que la plupart des médecins et spécialistes des groupes de travail ne sont pas dupes de la supercherie.

Mais c’est la France : on “considère que…”, on ne fait pas de vagues, on reste bien sagement “social”, on ne parle surtout pas des sujets trop délicats, on ne veut pas de problèmes, quitte à finir par faire n’importe quoi.

Veuillez noter qu’au vu du degré actuel de raffinement de son art du mimétisme et de la dissimulation, je le crois tout à fait capable de tromper des médecins spécialistes, désormais, dans le cadre de l’établissement d’un certificat ou d’une expertise qui s’impose depuis longtemps.
(L’individu semble faire état d’un certificat médical établi en novembre 2014, soit bien longtemps après les fameux certificats dont il m’a parlé en mai 2014, et que j’attends toujours de voir… Juste pour savoir si c’est vrai…).

Que Monsieur Giacomoni dupe tout le monde en se faisant passer pour un autiste, c’est évidemment nauséabond et détestable – une véritable honte pour notre pays – mais cependant je n’accuse pas vraiment votre Secrétariat, car il me faut bien admettre qu’il est extrêmement fort dans l’art de la dissimulation, et surtout de la manipulation.

Car non seulement ce personnage est un imposteur, mais en plus, il est un expert de très haut niveau dans la manipulation.

J’ai moi-même été victime de ses tentatives pour me manipuler, qui d’ailleurs ont assez bien fonctionné dans les premiers temps.
Par exemple, il essayait de me convaincre que j’ai une sorte de problème psychologique, de me culpabiliser à la moindre maladresse (en privé, il reproche facilement aux autistes leurs “comportements”, et il est même pour – selon ses termes – la “rééducation” des autistes), pour ensuite me demander avec insistance d’envoyer des messages d’excuses à mes contacts, en me faisant presque du “lavage de cerveau” pour me faire écrire que ce que j’avais dit ou écrit sur lui était faux, ou que je ne pensais pas ce que je disais, bref ce genre de choses, qu’il appelle “faire des démentis”).
Effacer les traces de ses manigances, faire taire le peu qui l’ont démasqué et qui osent se manifester, c’est l’une de ses obsessions, forcément.

On ne compte plus les victimes de Marian Giacomoni, en termes de manipulation. Surtout féminines.
Certaines ont été dans des états véritablement très critiques, et il y en a une que j’ai quasiment “sauvée”, étant l’un des rares à avoir percé le double jeu de cet énergumène, à avoir la force nécessaire pour s’y opposer, et – dans le cas en question – à suffisamment bien comprendre les gens et l’autisme pour donner des conseils judicieux et salutaires pour s’extraire du piège mental savamment tissé.

Je rappelle toutefois que je suis autiste mais je ne suis pas un « super-autiste » ; je suis sensible et fragile malgré ma combativité, et ce n’est pas à moi de faire le justicier.

J’ai averti les pouvoirs publics, demandé de l’aide, en vain comme presque toujours.

Une constante chez les victimes, c’est que TOUTES, sauf deux (une jeune femme et moi) ne veulent plus jamais, jamais entendre parler de Marian Giacomoni.
C’est ce qui explique pourquoi il est si difficile d’obtenir des témoignages, et donc de faire quoi que ce soit pour en finir avec cette tromperie de haut niveau.

Je veux bien admettre qu’il peut être difficile de me croire sur parole (surtout en lisant des choses aussi incroyables), mais si on arrivait au moins à montrer que les victimes ne veulent pas témoigner, que pensez-vous du fait que les autistes de France sont « défendus » et représentés par une personne dont plusieurs dizaines d’autres (notamment autistes) ne veulent plus jamais entendre parler ??

Franchement, je ne voudrais pas ici me laisser aller à la colère, mais à quoi est-ce qu’on joue ?
Les autistes de notre pays n’ont-ils pas déjà suffisamment de problèmes, de souffrances, d’asservissement, d’incompréhensions, d’exclusion, de privation de liberté, de pertes de chances, de désespoir conduisant parfois au suicide, pour – par dessus le marché – être représentés et “défendus” par un clown dont un cirque ne voudrait même pas, et dont la plus grande qualité est une Maîtrise en Dissimulation-Manipulation, que dis-je, un Doctorat ?!

Pardon, mais cette personne devrait vendre des voitures ou des appartements, ou faire n’importe quoi d’autre lui permettant d’assouvir ses “constructions mentales”, mais pas dans l’autisme, pas chez les “proies faciles” !
Il faut nous laisser tranquilles, nous laisser travailler sérieusement et dignement.

Il est du devoir de l’Etat de protéger les auto-représentants, et tous les autistes, des agissements délétères de ce genre de “pieuvre”.
En plus de cela, il n’a pas une grande estime pour les autistes, dont il parle parfois – en privé – en des termes assez peu élogieux (tout en montrant à quel point il est conscient de la facilité de nous manipuler).

Les autistes, comme toutes les autres personnes, ne sont que des pièces dans son jeu.

Etant un personnage profondément fourbe et manipulateur, il a trouvé dans l’autisme l’opposé de sa nature « obscure », et il est désormais « le loup déguisé en agneau », avec la bénédiction des pouvoirs publics français, ce contre quoi je m’insurge très vigoureusement.

Il pense aussi que les autistes sont “instables”, et je ne comprends même pas ce qu’il entend par là ; je n’ai jamais entendu parler de ça nulle part dans l’autisme, dans aucun pays.
Si c’est juste pour dire que nous pouvons faire des “crises de nerfs”, peut-être, mais si personne n’emploie ce terme (à part lui), il doit y avoir des raisons. (Désolé, pas le temps de chercher.)

Je sais que ce personnage, dans l’incapacité de me faire « retirer » mes accusations publiques malgré tous ses efforts, essaie de me faire passer pour un « dingue » pour me discréditer, ce qui est assez facile puisque je ne passe pas mon temps, comme lui, à tout faire pour cultiver mon image.

Ce n’est pas parce que je fais souvent des « crises de désespoir » (émaillées parfois “d’insultes thérapeutiques”, seul moyen que j’ai trouvé pour supporter le Supplice Administratif Français dont l’Etat me comble à titre personnel), que pour autant je ne suis pas lucide.

Je suis au contraire TRES lucide, et ceci est attesté par suffisamment d’autres personnes lucides dans le monde.

Trop lucide pour pouvoir accepter tant d’injustice et de « saleté » pour les autistes de France, sans souffrir moi-même.

Ma totale intolérance naturelle à l’injustice en tant qu’autiste véritable est inaliénable, et non-négociable.

Le fait que l’immense majorité des gens ne comprennent pas certaines de mes explications ne signifie pas que “je ne vais pas bien” : il signifie qu’ils n’ont pas les capacités, le temps, l’envie, ou le courage, pour comprendre ce que j’explique (au sujet de l’infamie en question, ou d’autres choses).

Tôt ou tard, l’abcès finira par crever. Et le plus tôt sera le mieux, la comédie ayant bien trop duré.

Vous pourriez anticiper, afin de limiter les dégâts pour l’Etat français, en étant la personne qui rétablirait ordre et correction dans cette situation, au lieu d’être simplement une spectatrice candide de cet pitoyable numéro, dont on ne sait même plus s’il faut rire ou pleurer, et assurément indigne de la France et de ses éléments les plus faibles et les moins viciés.

Madame la Secrétaire d’Etat, je vous prie de bien vouloir faire VERIFIER, sérieusement, courageusement, si ce que je dis est vrai ou pas.

Pardon, mais je ressens le devoir d’insister. Vérifier, c’est la moindre des choses.

(Et désolé mais, avec l’éloignement, je ne sais plus très bien si le mot “vrai” est encore “socialement valide” en France.)

 

A défaut, le Gouvernement de la France serait le complice ahuri d’une imposture, d’une indécence et d’une ignominie insupportables et indéfendables, confirmant son mépris pour la population autiste, et dont il ne pourrait nier avoir eu connaissance.

En espérant une réaction, une réponse, et un minimum de décence pour les personnes autistes de mon pays, je vous remercie et vous prie de croire, Madame la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées, à l’assurance très respectueuse de mon indicible indignation.

Eric LUCAS