Droit de réponse à un article « intéressant » dans le domaine de la manipulation et de l’inversion par un faux-autiste (Marian Giacomoni)

Je tombe ce jour sur un article publié par Marian Giacomoni… et dans lequel il ne fait rien de moins que de… m’accuser de harcèlement à son encontre ! C’est fort, et la ficelle est énorme…

Comme si on n’était pas déjà face à un challenge surhumain, face au système social réticent à accepter l’autisme, et complaisant avec l’exploitation médicale (et l’exclusion !) que nous subissons, mais en plus de ça, il faut se farcir un clown sorti de nulle part, qui a choisi l’autisme comme terrain de jeux !
On n’a que ça à faire…

Et le pire, c’est que c’est moi le premier à lui avoir ouvert la porte ! (Trop brave…  Trop b., trop c.)
Et en plus, dans la plus pure tradition française, les gens ne veulent pas me croire, et préfèrent se laisser bercer par un personnage de fiction, en se détournant, agacés, quand je montre l’envers du décor…
Désolé, mais je ne peux pas être calme dans cette affaire.

Si vous considérez que le fait de dénoncer les agissements néfastes d’une personne, c’est du « harcèlement » à son encontre, alors ne lisez pas plus loin !


Déjà, le fait que M. Giacomoni se pose lui-même en victime de harcèlement, alors que c’est précisément l’une des choses qui lui ont été le plus reprochées (si l’on excepte bien sûr le plus grave : le fait qu’il se présente comme autiste, sans aucun signe ni preuve), c’est là une petite technique de manipulation courante et très facile pour lui. La plupart des « grands méchants » l’ont fait avant lui, se posant comme victimes et bienfaiteurs de l’humanité, avec toujours le « mais enfin je ne comprends pas ce que je lui ai fait »… Classique.
On ne sait pas s’il faut en rire ou s’en affliger, mais ici rien de nouveau sous le soleil, dans la panoplie de M. Marian l’Enchanteur.

Dans cet article, je ne vais réagir qu’au minimum, pour ne pas trop « le harceler » : non pas que j’aie du chagrin pour lui à la vue des larmes de crocodiles inondant son article, mais surtout parce que lecteur, lui, et surtout la lectrice, ne me connaît pas et ne le connaît pas, et sera légitimement en droit de penser que peut-être je « m’acharne » sur un être humain dont on n’a pas la preuve que ses actes le nécessitent.

  • Alors, en lisant son article, j’apprends que « la personne qui harcèle », c’est moi !!!  MDR…
    Et, encore mieux, que « j’occupe le terrain » !!
    Première nouvelle… Moi je pensais que MG était plutôt célèbre dans la communauté de l’autisme francophone, et qu’il y pondait régulièrement des articles et vidéos…
    J’ai même très largement déploré, publiquement, le manque de soutien que je ressentais, l’absence de réactions, de dénonciations, de témoignages de « ceux qui savent » (ou plutôt « celles »), j’ai été traîné dans la boue, et quasiment sans échos ni relais pour mes dénonciations…
    Que fait MG : en bon « copieur », il nous sert la même chose…
    Et, bien comme souvent, sans substance, juste de la « pâle copie », tout à son image.
    Un peu court, jeune homme…
    Je ne sais même pas si ça vaut le peine de commenter et de démontrer.
  • « Je ne connais pas la genèse de la haine de Mr Lucas en ma direction et pense que l’origine est une question de jalousie de sa part en ma direction. »
    –> Ce n’est pas de la haine, mais de la révolte outrée.
    –> Si MG ne sait pas ce que je lui reproche, il lui suffit de lire mes articles le concernant, où je détaille tout cela.
    Vouloir nous faire croire qu’il ne l’a pas fait, et laisser entendre que les motifs n’existent pas, sont flous, ou n’ont rien à voir avec ses agissements dans le paysage de l’autisme, c’est évidemment une forme de manipulation destiner à détourner l’attention de la vérité.
    A croire que la manipulation, c’est sa manière à lui de respirer, de vivre…
    En même temps, vu le guêpier dans lequel il s’est fourré, en venant jouer avec les autistes, et en croyant que ce serait facile, maintenant il peut difficilement reculer : il n’a pas tellement d’autre choix que de pousser le bouchon encore plus loin, en m’accusant de choses suffisamment énormes pour que certain(e)s y croient (surtout avec tout le sirop et les pleurs dont il a enrobé son article), et pour détourner l’attention, en se faisant passer pour vertueux.
    Il faut voir qui a commencé. Je n’ai vraiment aucune raison, et surtout pas le temps, d’aller m’opposer à une personne « comme ça », juste parce que j’en ai envie. Il y a forcément des raisons. Il suffit de me lire.
    Mais il est sans doute plus tentant de s’apitoyer sur l’article larmoyant du pauvre MG avec ses dessins si touchants, plutôt que de se « taper » les kilomètres de textes très remontés d’une personne révoltée (moi).
  • L’histoire avec « sa compagne » est complexe, et il faut du temps pour bien la comprendre, mais les allégations de MG ici sont, comme toujours, des insinuations plus ou moins tordues, qu’il serait assez facile de redresser. Faute de temps pour le faire dans cet article, voici juste quelques notes :
    • C’est facile de dire qu’il a fallu me « sortir » du bar « en raison de mon comportement envers les autres ».
      Si mon comportement avait été si dérangeant, comment expliquer alors que « la compagne » m’ait demandé en souriant calmement de sortir du bar avec elle, pour me dire (à ma grande stupéfaction – et douleur) qu’elle me demandait de partir, alors qu’elle aurait eu beau jeu de le faire devant ses invités ? Pourquoi est-ce que dans des discussions sur FB ultérieures, le peu d’invités me répondant me disaient qu’ils ne comprenaient pas pourquoi ils avaient reçu un message d’excuses de ma part ? (Ce que j’avais fait, suite aux « manipulations mentales » de MG à cet effet, très très très classiques  : messages de « démentis » », d’excuses, etc., enfin tous ses stratagèmes habituels pour tenter de conformer la « vérité » à ce qui l’arrange, réécrire l’histoire, bref, du plus pur MG.
    • Et puis, cette histoire de « jalousie », c’est vraiment n’importe quoi, de l’insinuation perfide pur jus, absolument sans le moindre début d’indice de quoi que ce soit.
      C’est vraiment… même pas « petit », même pas pathétique ni même pathologique, c’est carrément n’importe quoi !
      Ah non, pardon, j’oubliais déjà : c’est destiné à déplacer le « litige » depuis de champ de « MG et les autistes » vers « MG et Eric LUCAS », en inventant un objet de discorde le moins « peu plausible » possible : une copine à lui, que j’ai vue 3 fois (avec lui, et sans aucune arrière-pensée de quoi que ce soit).
      Eh ben ça va vraiment pas fort, il n’a rien trouvé d’autre… Peut mieux faire, franchement…
    • Je n’ai pas le temps de continuer cet article, j’espère le faire plus tard, mais en attendant je suis en même temps surpris et réjoui de voir les efforts faits par Jean Vinçot pour respecter une publication sur un forum, qui était la seule permettant de maintenir une « flamme de vérité ». Je ne savais pas qu’il avait fait tant d’efforts, mais ce que je sais, c’est que cet article, dans lequel je révélais la face cachée de MG, a probablement permis de sauver la vie d’au moins une personne (Marie A.), et qu’il peut contribuer à en sauver d’autres, ou du moins à éviter l’un de ces naufrages psychiques (surtout féminins) par lesquels se terminent la plupart de ses relations.
      Je me fiche donc éperdument du fait que cela contrarie ce grand « faiseur de vérités ».
    • On peut développer (détailler) tout ça….Quel cloaque…

Après une nuit de sommeil, je me réveille en repensant à certains passages de l’article de MG, que j’ai peut-être négligés hier.
J’ai 1000 fois plus intéressant et utile à faire, mais je ne peux pas rester sans réaction, sinon on tombe dans le « qui ne dit mot consent ».

J’ai relu son article une deuxième fois, et les petites astuces de manipulation apparaissent toutes.
C’est tellement flagrant, que je suis fatigué avant même de commencer à montrer tout ça.
Mais il le faut bien, car le lecteur « lambda » sera fortement tenté d’adhérer à toute son histoire, qui, en gros, me fait passer pour le grand méchant loup. Le travestissement, de lui comme des autres, c’est dans ses cordes.

Si vous n’avez pas le temps de lire tout ce que je vais devoir m »efforcer de faire ci-dessous, je voudrais au moins partager quelques pensées importantes auxquelles m’amènent son article :

  1. Alors que j’ai toujours dit que le problème n’est pas entre MG et moi, mais entre MG et la communauté autistique qu’il abuse et que j’essaie de défendre, MG, avec cet article, loin de s’aventurer sur le terrain fort glissant pour lui, de tout ce que j’explique dans mes « dénonciations », dévie habilement l’attention du « public » sur une prétendue affaire personnelle.
    Pas facile, puisque, comme je l’ai dit, il n’y a pas de litige personnel entre lui et moi (si on excepte évidemment les tensions liées à ses tentatives pour me faire taire (plaintes etc.), qui ne sont que des aspects secondaires, et -bien sûr- pas les causes du problème général).
    Mais pour cet Enchanteur, pas de problème : « plouf ! », on nous sert un litige qui tombe du ciel et qui expliquerait tout, c’est à dire « ma haine envers lui » : une histoire à dormir debout, vraiment pas claire, où il faut intervenir « sa compagne » (de l’époque). Il n’a rien pu  trouver de mieux, puisqu’il ne rien à me reprocher personnellement (à part mes efforts de dénonciation évidemment).
    Il est exact que j’ai eu un souci regrettable avec son amie, sur la base de malentendus, mais il n’y avait rien d’intentionnel de ma part (je peux tout expliquer), et surtout :

    • Je ne vois pas le rapport entre MG et un problème entre sa copine et moi (mis à part que lui était aux fourneaux et soufflait habilement sur le feu, en cherchant par tous les moyens à bien aggraver le souci, et en changeant de sujet à chaque fois que je parvenais à commencer à faire valoir mes arguments et à dissiper le malentendu, à régler le problème, ce qui ne l’arrangeait pas du tout.)
    • Je ne vois pas pourquoi cet épisode aurait « exacerbé » ma [prétendue] « haine » ?
      – Si a un moment il y a un cafouillage entre moi et sa copine (problème largement aggravé par MG au détriment de la dite copine – outil comme tout le monde pour lui), pourquoi est-ce que cela devrait augmenter mon ardeur défensive contre lui ??
      — Parce qu’il aurait aidé sa copine ??… (Pas crédible…)
      — Parce qu’il en aurait profité pour tenter de me manipuler encore ? (Peut-être, mais j’étais habitué à ses techniques, et ce ne serait pas une raison suffisante, et surtout c’est un terrain glissant pour lui, s’il faut qu’on commence à s’intéresser à la manière (dégueulasse) dont il a utilisé la situation pour tout retourner à son profit…)
      — Franchement, je sèche là…
      (Et je ne peux m’empêcher qu’ici on tombe bien bas dans les histoires personnelles de crêpage de chignon, et, qui sait, bientôt, de cuisses ? Rien à voir avec le sujet qui compte vraiment : la défense des autistes, une défense digne et non « polluée », ce qui motive mon action envers les trucs tordus de MG.)
    • Je ne me suis pas creusé la tête à ce sujet, mais je ne vois pas ce que pourrait être cette histoire de « jalousie », vis à vis de lui et/ou de son amie ??……  Tout ça me paraît vraiment très bas, « sous la ceinture »…
      Est-ce que je suis quelqu’un de connu pour ses conquêtes féminines ? (Alors que dans son cas, on ne compte plus les femmes qu’il a séduites, utilisées, puis laissées après usage… (sans parler de tous les drames et désespoirs qu’il a semé chez les femmes « fragiles », son mets favori)).
      Pourquoi voulez-vous que j’aille m’intéresser, précisément, à la copine de MG, alors qu’il y a plus de 3 milliards d’autres femmes dans le monde ??   (ou alors, ce serait « pour lui nuire » ??  mais alors on n’est plus dans le registre de la jalousie….  tout ça me paraît tellement débile, que je n’arrive même pas à y réfléchir intelligemment…).
    • Bon, en relisant mon article, encore une fois il est clair que toute cette histoire de « copine » n’est là que pour détourner l’attention et pour tenter de diriger le lecteur vers une histoire classique de querelles entre hommes, de basses jalousies, commérages et j’en passe, le plus loin possible du champ du débat (la défense des autistes, et surtout son imposture à propos de son « autisme », dont il ne parle pas, puisqu’il a trouvé plus malin de noyer les gens avec des histoires à dormir debout).
      D’abord il me présente comme un personnage haineux (en retournant la situation, en me faisant passer pour le harceleur, alors que je ne fais que me révolter contre son harcèlement, et que je ne suis jamais allé le chercher). Comme ça, je parais tout à coup une personne bien ordinaire, le genre de type qu’on a envie de détester dans un article (ça soulage). Ensuite, une fois que je suis bien dépeint comme détestable (ben oui, je viens embêter le pauvre Marian qui se demande bien ce qu’il a pu faire), là il nous sort une histoire encore plus « basse et grossière », compatible avec le personnage dépeint…  Fffwwww…..
      Mais là où j’ai du mal à suivre, c’est que les lecteurs ne sont quand même pas tous idiots, et il faut bien qu’il y ait un semblant de logique dans son montage… Donc, comment est-ce que mon malentendu avec sa copine peut accentuer mon ressentiment contre lui ?? Je ne vois pas comment faire le lien. Je sais pas. Peut-être qu’un lecteur pourra me donner une piste. C’est important pour moi de comprendre comment ce genre de Grands Manipulateurs fonctionnent.
  2. Vers la fin de son article, on comprend qu’en fait le but c’est  :
    • non seulement d’attirer la sympathie et la compassion envers lui (mais ça, c’est vraiment le B.A. BA de son « système »), car évidemment le lecteur qui débarque (ou plutôt la lectrice, son instrument préféré), va préférer croire à toute cette posture, du « pauvre-petit-« autiste »-qui-ne-comprend-pas-pourquoi-tant-de-haine-de-la-part-du-méchant-Eric-Lucas-qui-crie-tout-le-temps-contre-lui »…
    • mais aussi, comme toujours, de manipuler les gens dans l’espoir que quelqu’un va contacter les membres du CA de l’asso Aspéransa, ou faire de toute façon des choses qui vont s’opposer aux efforts des dénonciateurs… C’est vraiment très très classique de sa part…
      • D’abord, il essaie de vous convaincre gentiment de faire ce qu’il voudrait que vous fassiez (et ça marche assez bien avec les gens gentils comme moi)… Je suis tombé dans le panneau et je l’ai suivi de très nombreuses fois… En plus, il est tellement fort, qu’il a réussi à « renouer » avec moi, après plusieurs cassures légitimes, et moi, toujours bonne poire, j’ai marché ! (Mais vous avez vu : c’est fini ! A vie.)
      • Ensuite, une fois que la corde est vraiment cassée « en direct » avec une personne, il va agir indirectement… Pour lui, c’est quasiment vital… Son image, et surtout, toute la fausseté de ses « constructions », sont en jeu ! (parfois j’en arrive à penser que peut-être il croit lui-même à tous ses trucs). A ce moment-là vous recevez des emails ou des appels de collègues directs, qui ont été bien bien remontés ou émus par « la pauvre victime », et qui eux-mêmes arrivent à vous convaincre de faire ce que veut ce personnage (en général, dans mon cas, des « retraits » d’articles, ou la rédaction d’articles ou de messages inventés, qu’il appelle des « démentis », ayant pour but de « nettoyer » les petites « taches de vérité », dangereuses, sur son grand cinéma.
      • Mais ce n’est pas fini (il n’y a jamais de fin avec lui, puisque la Grande Tromperie, telle un « trou noir », est au centre de lui-même, et que tout tourne autour, y-compris lui) : une fois que vous avez éventé les stratagèmes ci-dessus, ça devient plus subtil ; par exemple vous pouvez recevoir un appel implorant d’une amie (toujours dans le but de faire « corriger » ce qui le dérange), mais cette amie n’a pas de rapport avec MG : elle aura été « briefée » par une autre amie qui aura été elle-même manipulée par MG, et tout ça dans la douceur et la gentillesse !
      • Ceci n’est qu’un exemple ; je pense que les choses peuvent devenir beaucoup plus subtiles et cachées, et ce sûrement ce qui se passe en ce moment, puisque toutes les choses « directes » sont maintenant éventées (en tous cas par moi).
  3. En pensant à tout ça, j’en arrive à me demander si ce garçon est capable de sincérité, vraiment… A ce niveau-là, c’est carrément pathologique, comme une sorte « d’ablation » de cette qualité. J’ai beau chercher, je ne trouve pas un seule exemple d’une chose qu’il m’ait dite, ou faite en ma direction, qui soit sincère, et qui n’ait pas pour but de m’amener à « épouser » ses vues et ses projets. Et les témoignages d’autres victimes vont dans le même sens. Après tout, rien n’interdit de penser qu’il ne connaît pas les notions de sincérité et de vérité, et cela expliquerait tout, notamment le fait qu’il ait l’air d’y croire, quand il dit « tu sais très bien que je ne manipule personne ».
    Bon, c’est dur à croire, mais après tout peut-être qu’il croit à tous ses trucs, et qu’il se manipule lui-même. Je crois que ça existe, et que ça s’appelle la mythomanie (? pas le temps de vérifier).
    Si c’est ça, on est mal…
    Cela expliquerait tout, et ça explique pourquoi il est si attiré par le monde de l’autisme, puisqu’il y perçoit la pureté et la vérité, la sincérité qui lui manquent tant.
    Dans ces conditions, il est fort probable qu’il pense réellement être autiste, puisque, de la même manière qu’il peut convaincre les autres, il peut se convaincre lui-même de ce qui l’arrange.
    On peut donc difficilement l’accuser d’être un menteur, s’il croit lui-même à ce qu’il raconte.
    Dans ce cas, c’est dit avec sincérité…Flûte, je m’y perds moi-même…
    Aors, peut-être qu’au lieu de dire qu’il n’est jamais sincère, il faudrait dire qu’il est toujours dans la manipulation…  Ffff… tout ça me fatigue et j’ai pas la tête à creuser ça en ce moment…
    Si d’autres pouvaient le faire, ce ne serait pas un luxe (et ce serait plus impartial).
  4. Un autre détail « remarquable » : alors que MG n’avait quasiment rien écrit pour se « rebeller » contre toutes mes dénonciations, qui remontent à 2014, il se trouve que son premier article public, spécifique et explicite (me nommant clairement) date du 6 juin 2017…
    OR, j’ai commencé ma grève de la faim le 1er juin 2017…
    Et une information aussi importante à propos de son principal détracteur n’a pas pu rester longtemps à l’insu de MG…
    Choisir ce moment précis pour riposter, quand je suis affaibli, et que j’ai évidemment d’autres soucis que lui et ses articles…
    Evidemment, ça peut être un hasard… Je ne peux pas me mettre moi aussi à jouer dans le registre des insinuations et des interprétations foireuses…
    Mais bon…  Sachant qu’avec MG, tout est dans la stratégie et le calcul… (et la mièvrerie / mielleuseté)

Fffff….  je suis déjà épuisé, de bon matin, en devant porter mon attention sur ce cas, et je renonce pour aujourd’hui à analyser son article (ce qui est une chose facile à faire).
J’ai voulu poster ci-dessus quelques réflexions plus profondes, avant de risquer de les oublier.

Une chose est sûre : ce personnage est vraiment « prise de tête », même avec la distance du temps et des années, et même avec ma « force »…
Si tout ça est difficile même pour moi, je comprends mieux maintenant pourquoi les autres victimes autistes ne peuvent pas se battre contre lui, et, une fois utilisées, dans le dégoût et le besoin de « retrait » ne peuvent même pas accéder à une sorte de velléité de se révolter, car elles doivent se réparer, elles ont déjà bien assez de problèmes et d’angoisses par rapport à leur futur, leur vie.

Je ne sais pas vous, mais moi je trouve inquiétant que ce « trou noir », sorte de tromperie vivante, se retrouve à la tête des représentants des autistes.

Dans tous les cas, même s’il n’y avait pas de danger concret, il se fait passer pour un autiste, en défendant les autistes, et ça c’est une vraie infamie (avec déjà tout ce qu’on a à subir, et les privations de liberté « pour notre bien ») et c’est totalement inacceptable.

J’en profite pour déplorer à nouveau le fait que je suis quasiment le seul à m’occuper de ce problème. Même si je comprends que c’est franchement pénible, et assurément effrayant, de se lancer dans une telle lutte, pour tous (même pour moi, parfois).
Quand on est autiste on a besoin de se tenir éloigné, protégé de la perfidie, et d’ailleurs ceci explique aussi pourquoi je ne peux être qu’en état de bouillonnement lorsque je suis obligé de me focaliser sur toute cette chienlit. Je suis obligé d’être dans la « défensive active », presque désespérée, face à ce champion de la tromperie, du stratagème et de le persuasion, afin de rester intransigeant et sourd à ses simagrées, violons, petits dessins, jérémiades, etc.
Quant à ses menaces, ou plutôt ses mises en garde (« si tu n’effaces pas, je porte plainte »), il n’a toujours pas compris que ce sont des manipulations qui me motivent encore plus pour les combattre.

Je ne sais pas si on peut aller jusqu’à se demander s’il n’est pas une sorte d’agent infiltré du lobby médico-social…
(Rappel : pour ce lobby qui vit de nous en France, « autisme » = « 3 milliards d’euros chaque année »…)
Pour l’instant, cet as du mimétisme a l’air d’assez bien jouer la partition du « défenseur des autistes », en se posant même comme apôtre de la désinstitutionnalisation, lui aussi (après tant d’autres, dont moi-même)…

Mais plus tard…? (Tout ce qui est « médical » (et surtout, « psy ») le fascine…)
En attendant, que ce soit calculé ou pas, on peut dire que sa présence sert le lobby, puisque mes dénonciations contre lui n’ont pas été crues ni suivies d’effets, et que mon exaspération en résultant n’a fait que braquer tout le monde contre moi (internautes, collègues, pouvoirs publics)… Jusqu’à me faire préférer l’exil, écoeuré par tout ce « monde à l’envers »…

Tout ça est vraiment à vomir…
J’ai peut-être tort – je dis bien « peut-être » – d’être « sincèrement brutal », ou « entier », dans mes écrits révoltés face à cette aberration insupportable, mais en revanche, j’ai raison sur le fond.
Mais en France, le fond, personne ne veut le voir, il suffit d’un peu de sable pour y enfouir sa tête, en « espérant »…

Il n’y a rien de bon à espérer de toute cette chienlit, de toute cette hypocrisie (les promesses et simagrées des pouvoirs publics, des MG, des DDD, et toutes les autres impostures et escroqueries du peuple et des personnes vulnérables.
La seule chose à faire, c’est de se révolter (ou au moins de résister).
Ce n’est pas si difficile.


Bon, je copie ci-dessous son article, et j’essayerai de le « passer à la moulinette » un autre jour…

 

ARTICLE DE MG, cité ici dans le cadre du droit de réponse, pour analyse des citations, et commentaires à venir :

(lien : http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=harcelement-sur-internet)

Un silence qui fait mal
J’écris cet article car le silence me pèse, il me fait mal.

Lorsque l’on est victime de harcèlement, le premier conseil donné est de ne pas envenimer les choses.
Par là, il faut comprendre que le mieux est de ne pas répondre, de se taire, et ce, pour ne pas faire voir que l’on répond (et il répond en plus !).

La personne qui harcèle occupe le terrain. Elle s’exprime et distille son poison, ses fausses informations, ses propos calomnieux.
Et vous, vous gardez le silence, vous vous taisez. Vous ne vous défendez pas.

Personne ne sait que ce qui est écrit est faux. Personne !
Les collègues et même quelques amis qui vous soutenaient au début prennent petit à petit leurs distances. Comprenez, vous êtes radio-actifs et vous ne vous défendez même pas.

Mon billet du jour est un droit de réponse. Un droit de réponse concernant la personne qui me harcelle ainsi que son ami (c’est comme cela qu’il se qualifie lui-même).

La genèse
Le président de l’association Alliance Autiste (Mr Eric Lucas) essaie par tous les moyens de me nuire.
Je ne connais pas la genèse de la haine de Mr Lucas en ma direction et pense que l’origine est une question de jalousie de sa part en ma direction.
Il n’y a aucun fait aucune raison objective à ses actes (me harceler).

Un évènement a exacerbé sa haine à mon égard
Ma compagne de l’époque l’avait invité à sa fête d’anniversaire et avait dû le « sortir » du bar en raison de son comportement envers les autres invités.

Par la suite, ce monsieur s’était « défoulé » en publiant sur Facebook qu’il y aurait un problème avec ma compagne. Il est allé jusqu’à contacter des amis de ma compagne individuellement. Amis qu’il ne connaissait pas avant la soirée anniversaire.
Son objectif était clairement d’isoler ma compagne.

Le lendemain, Mr Lucas et moi avons eu une discussion sur Skype qui vous vous en doutez a été musclé. Polie de ma part, dans le déni du sien.

Il ne fallait pas l’inviter
Il ne fallait pas l’inviter, oui.
Nous sommes tous les trois autistes (Mr Lucas, ma compagne et moi) et sommes tous les 3 impliqués dans le tissu associatif ayant trait à l’autisme.
Ma compagne avait cru bien faire en l’invitant. Son désir était qu’en passant une soirée tous ensemble, cela apaiserait les tensions créées par Mr Lucas.
C’était naïf de sa part, mais partait d’un bon sentiment.

Moralité, lorsqu’une personne vous en veut, n’asseyez pas de lui tendre la main.
C’est un bon sentiment, l’enfer en est pavé.

Harcèlement et soutiens
Un harceleur peut agir seul, mais avec le soutien d’amis, il légitime ses propos et se sent dans son bon droit.
C’est la qu’intervient son ami Jean Vinçot co-président de l’association Asperansa.
Association qui (entre autres) gère un forum internet.

Forum sur lequel Mr Lucas tient des propos très virulents en ma direction.

Jean Vinçot, informé du harcèlement ?
Oui, c’est même lui qui est allé chercher Mr Lucas pour que celui-ci me harcelle sur son forum (Mr Vinçot me l’ayant dit lors d’une de mes demandes de suppression des propos).
Vous avez bien lu, c’est l’admin qui est allé chercher le harceleur !

Le contexte est le suivant :
Mr Lucas a publié des propos harcelants en ma direction sur Facebook.
Au passage, faire supprimer des propos harcelants et diffamatoires par Facebook n’est pas aisé, faire supprimer le compte du harceleur me paraît être impossible.

Mr Lucas désirant probablement me diffamer l’esprit tranquille a pris soin de me bloquer sur Facebook (pour que je ne puisse pas me défendre, le poursuivre…).

Un justicier est intervenu
L’une des personnes ayant vu l’un de ses messages injurieux et diffamatoires a décidé de le copier/coller de Facebook vers le forum de l’association Asperansa (association dont Mr Vinçot est le co-président).

Ayant eu connaissance du message, j’ai prit contact avec les bénévoles en charge de l’administrateur du forum.…
Leur réponse fut pour moi autant choquante que surprenante.

Menaces de poursuites association Asperansa

Contacter le responsable
J’ai décidé de contacter le responsable de l’association (mr Vinçot).
Nous avons discutés via Facebook Messenger et par téléphone.

Mr Vinçot m’a expliqué que si je n’avait pas voulu être harcellé, j’avais qu’a être annonyme sur Facebook…
Heu… Comment dire… Avoir un compte Facebook à son nom donnerait l’authorisation à qui le désire de vous harceller ?
Mr Vinçot, votre réponse est ahurissante. Elle est tout autant une marque d’irrespect vis à vis de moi.

La victime aurrai dûe…
Je solliscitait la suppression de propos harcellant (moult de fois répétés) et votre réponse fut : « si tu es victime de harcèlement, c’est que tu as un compte Facebook à ton nom. » !
Mais bon… Ces propos ayant été dit au téléphone… ils n’ont pas de poids hormis le fait qu’ils m’aient fait mal.

Echanges avec Jean Vinçot
Je n’ai pas pour habitude de publier les discussions privées (je ne l’ai jamais fait), mais s’agissant de harcèlement, il me paraît important de ne pas rester seul fasse aux propos déniant toutes forme de harcèlement de Mr Vinçot.

Captures d’écran Facebook Messenger de la discussion avec Mr Vinçot.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 1.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 2.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 3.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 4.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 5.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 6.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 7.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 8.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 9.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 10.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 11.

Discussion avec Jean Vinçot association Asperansa partie 12.

Ci-dessous, l’un des posts de Mr Lucas :
Menaces de poursuites association Asperansa

Menaces de poursuites association Asperansa

Note : EQDD (En Quête De Déclics) est le speudonyme que j’utilisait à un momment sur internet.
C’est aussi le nom de mon blog.

Asperansa maintien les propos en ligne, mais se protège
Face a mes différentes demandes, Mr Vinçot a proposé une annonymisation des propos de Mr Lucas.
Annonymisation que j’ai accepté en précisant formellemant que c’est un premier pas et que cela n’enlevait aucunement ma demande de suppression des propos.
Là où c’est vicieux, c’est qu’une fois annonymisé, la justice devient frileuse pour poursuivre…
Mr Vinçot, vous avez été très fort sur ce coup là… D’un côté laisser Mr Lucas me harceler sur votre forum et d’un autre vous protéger sur le plan juridique de toutes poursuites.
Cela dénote d’un certain état d’esprit.

Etat d’esprit
Une autre des « explications » de Mr Vinçot était que si je continuais à demander la suppression des messages alors Mr Lucas en publierai encore plus sur internet.
Lorsque je lui ai demandé si c’était des menaces, Mr Vinçot a affirmé qu’il nétait que le messager.
Mr vinçot, ce sont des menaces.

Etat d’esprit (suite)
De toute façons, c’est mon ami
( Jean Vinçot )

La citation ci-dessus fut l’une des « explications » du fait que les propos de Mr Lucas ne seraient pas supprimés du forum d’Asperansa.

Etat d’esprit (encore et encore)
Mr Lucas explique lui même dans l’un de ses messages que certains de ses propos ayant été supprimés par facebook alors, il les republies alleuirs.

Les propos restent
Vous avez bien lut chers lecteurs, les propos diffamatoires sont toujours en ligne !
Bon… certains ont étés anonymisé, certains même supprimé… Mais la plupart y sont encore !
Et bien entendu, non anonymisés !

Ce dont j’aurrai dû prendre concience
J’aurrai dû prendre conscience que lorsque Mr Vinçot m’a affirmé que Mr Lucas était son ami, cela signifiait qu’il le soutenait.
Quelque part, ce sont les 2 qui m’ont harcellés.
J’aurrai dû en prendre conscience dès le début, ça m’aurrait permi de mieux comprendre ce qu’il m’arrivait.

Capture message EL sur les raisons de sa présence sur le forum de l’association Asperanza.

Explication de Mr Lucas au sujet de son inscription sur le forum d'Asperansa

Ne pas rester isoler et ne pas taire le harcèlement
J’ai ésité avant de rédiger cet article.
J’ai vraiment ésité.
=> Est-ce que Mr Eric Lucas et Mr Vinçot vaillent la peinne d’un article ?

Ce n’ai pas d’eux dont il s’agit ! C’est de moi !
J’ai le droit de me deffendre, j’en ai même le devoir !

Contacter d’autres responsables de l’association Asperansa
J’ai trouvé la composition du bureau et du conseil d’administration sur leur site.
Je ne mets pas de lien vers leur site pour des raisons évidentes.
Parcontre, je n’ai pas trouvé les coordonnées où les joindre pour les informer de la situation.

Connaitriez, vous chers lecteurs, un ou plusieurs administrateurs de l’association Asperansa ?
Si tel est le cas, pourriez-vous, lui/leurs demander de me contacter au 06 32 15 55 86 ou à l’adresse eqdd[at]en-quete-de-declics.fr.

* Asperansa – Fonctionnement

Bureau de l’association Asperansa.
Jean Vinçot, co-président.
Guillaume Alémany, co-président.
Agnès Sorel, trésorière.
Catherine Jean, trésorière adjointe.
Paulette Dubois, secrétaire.
Christiane Abiven, secrétaire adjointe.
Catherine Le Corre, secrétaire adjointe.

Le Conseil d’administration de l’association Asperansa
Jean Vinçot.
Christiane Abiven.
Guillaume Alémany.
Véronique Amice.
Xavier Cavalan.
Claudine Cavalan.
Françoise Corvez.
Paulette Dubois.
Catherine Jean.
Catherine Le Corre.
Éric Lemonnier.
Bénédicte Prigent.
Cécile Salaün.
Agnès Sorel.

Cela me fait mal au coeur de publier le nom de ces personnes. D’un côté, elles n’ont rien à voir dans la génèse de la situation.
D’un autre, elles sont membres du bureau et/ou du conseil d’administration de l’association Asperansa. Leurs rôle, est (entre-autre) de s’assurer que l’association est bien gérée et que son action corresponde à ses statuts.
En cas de dérappage, il est de leur responsabilité d’intervenir.
Mon rôle à moi est que le harcellement stoppe.
Dans le passé, j’ai trop prit de pincettes. Là, je tape du point sur la table ! Je me défend.

Aperansa apporte sa caution en ne supprimant pas les propos
La tribune que représente le forum de l’association Asperansa a été une caisse de raisonnance pour les propos injurieux, mensongés et diffamant qui ont été portés contre moi.

J’ai humainement besoin que chacunes/chacun ai connaissance de la nature mensongère des propos à mon encontre.

Briser le silence et faire savoir que je suis victime est psychologiquement salvateur.

Prendre conscience des conséquences
A force de tourner en boucle, c'est tourner en boucle qui devient mon problème.

Surmonter
Je vais terminer mon article sur une note positive (c’est important, c’est ça qui fait tenir).
Pour me changer les idées, j’ai décidé de programmer une nouvelle version de mon application Android « Spider Autisme ». Quand j’ai « la tête dans le code », je ne pense à rien d’autre…
J’ai repensé complètement l’interface et suis en train d’ajouter de nouvelles fonctionnalités.

J'aime la vie.

Marian Giacomoni
Autiste libre de l’être

Note de relecture avant publication :
Exposer les faits dont je suis victime me permet de ne plus ressacer.

Article publié le 06/06/2017.