Marian Giacomoni : le triomphe du « monde à l’envers » non-autistique, incrusté au coeur de l’autisme. Mes adieux écoeurés.

A propos du « paradoxe » au sujet de Marian Giacomoni

J’aimerais savoir si quelqu’un pourrait m’éclairer, car il y a quelque chose que je n’arrive pas à comprendre depuis quelques années. (Sans doute à cause de mes déficiences intellectuelles…)

Marian Giacomoni, avril 2014 : inconnu ; il me contacte pour rejoindre l’Alliance Autiste.
Malgré ma réticence, je l’aide pour ses projets par rapport à l’autisme (qui, à cette époque, en réalité, consistaient surtout à se faire une « cour » surtout avec Facebook – mais moi, trop naïf….)

Dès les premières réunions, il s’arrange subtilement pour semer la zizanie, et se mettre en avant (tout en soulignant mes défauts).

A cette époque il était rejeté de toutes sortes de groupes sur Facebook, pour « harcèlement ».

Et on ne compte plus le nombre de gens qui ont eu à se plaindre de lui (surtout des femmes).

Bref je vous passe les détails, car c’est toujours pénible de se remémorer comment on a été utilisé.

Un jour il me demande de faire une publication pour l’aider à être élu dans le CA de SATEDI. Je suis quelqu’un qui refuse difficilement. Donc je le fais (j’étais chez lui et il avait été très gentil avec moi, toute la journée).

Peu à peu je finis par me rendre compte de tout le manège, et vers mai juin 2014, arrive l’affaire du « double mensonge avec menaces » (en gros il me menace de dire que j’ai menti (LOL) si je ne publie pas un « démenti » (sic) à propos d’un message à mes collègues, qui le desservait (j’avais partagé avec les membres les âneries qu’il avait racontées à propos de Julie). Je vous passe les détails sur les nuits précédent ça, où il me prenait la tête pendant des heures, pour modifier mes messages, et où à la fin je finissais par dire le contraire de ce que je voulais dire. Ce mec est vraiment très très fort dans l’art de manipuler.

En gros il aurait fallu que je mente, en disant que j’avais exagéré, inventé etc. Donc il me menaçait de dire que je suis un menteur, si je ne mentais pas…   Evidemment je l’ai viré avec pertes et fracas.
C’est vraiment LA grosse erreur totalement fatale, qu’il a faite avec moi. Croire que j’allais faire des concessions sur le MENSONGE… (et me menacer, en plus…  il était, selon ses propres termes, « en mode survie » : pensez donc, sa sacro-sainte IMAGE était écornée auprès de quelques personnes (ce n’était même pas public, mais interne)).

Bon bref je passe encore sur tout un tas de choses dans le genre, car il est mielleux et rusé, et moi je suis gentil et compréhensif, et très ouvert, donc il y a eu plusieurs « raccommodages ».
Jusqu’à fin 2014 où là je n’en pouvais vraiment plus qu’il me prenne la tête et me dise comment je devrais penser, faire etc.

Mai 2015, je découvre avec stupeur qu’il a réussi à se faufiler dans le Groupe de Pilotage des Recommandations pour les autistes adultes HAS ANESM (sorte de Graal pour lui – et j’ai su ensuite tous les efforts qu’il a faits pour y arriver).

Comment une telle aberration a-t-elle pu se produire ?
Fort simple : il était dans le CA de SATEDI, et ça a été un jeu d’enfants pour lui de manipuler, diviser, dégoûter etc (dans une association d’autistes !  le loup dans la bergerie). Même le trésorier, un autiste très gentil et droit, a fini par partir. Le président précédent a tenu au moins un an, surtout pour éviter de laisser la place à un tel personnage.

Bref, une fois élu président, il peut se présenter à toutes les instances gouvernementales pour participer. Les gens dans les ministères peuvent difficilement refuser quelqu’un qui est président d’une association d’autistes, donc censément autiste. Et ils ne peuvent pas aller creuser, vérifier etc. En plus, souvent ils s’en fichent, d’autant plus que le personnage est évidemment très arrangeant avec tout le monde (son obsession, c’est le médical…).

J’ai averti, dénoncé, etc, surtout par Facebook mais au lieu que la communauté essaie de savoir si c’était vrai, elle a préféré croire aux mirages, tout en s’en prenant à moi à cause de la véhémence maladroite de mes dénonciations.

Heureusement, il y a quelques personnes, des victimes, qui savent très bien que ce que je dis est vrai, mais elles ne veulent plus entendre parler de lui, et je les comprends. Donc c’est dur pour avoir des témoignages.

Ecoeuré par l’hypocrisie générale en France et « tué » par mes calvaires administratifs, j’ai fini par m’exiler (pas seulement à cause de lui bien sûr, mais en partie).

La plupart des gens qui l’ont rencontré ne sont pas dupes, mais ils ne disent rien, parce qu’il est « sympa » et surtout parce qu’il apprend vite à jouer des rôles qui conviennent. C’est Marian l’Enchanteur.

Mais que penser du fait que les autistes, par définition sans rapport avec le mensonge, soient représentés et défendus par un imposteur ???

Je ne vois RIEN chez lui d’un autiste : ni sensibilités, ni anecdotes autistiques à raconter, ni « intérêts restreints », ni difficultés de communication etc etc. Au contraire, il est d’une banalité bien peu autistique.
Et aucune qualité particulière typiquement autistique.
Et puis surtout, toute cette histoire de manipulation à fond, de « pieux mensonges » etc.
On n’est pas du tout dans l’autisme, là.

Admettons qu’il soit tout de même autiste, et qu’il le cache très très bien…  (bon, déjà on peut s’interroger sur le fait d’être autiste et de défendre l’autisme, tout en faisant tout pour le cacher, mais bref) : dans ce cas, et sachant qu’il y a tant de doutes, pourquoi ne veut-il jamais montrer ses certificats médicaux ?? Même à ses collègues de SATEDI ??

Au début quand je les lui ai demandés, il a été embarrassé et m’a dit que c’était « dans des cartons »…

Le pire, c’est tous les gens qui savent, mais qui ne disent rien.

J’ai été très largement traîné dans la boue pour l’avoir dénoncé, mais peu importe.

Et de toute façon, tous mes efforts et sacrifices pour ne pas laisser les autistes de mon pays en pâture au besoin de grandeur monumental de cette personne, n’ont servi à rien : il est toujours là, et tout le monde s’en cogne de que ce je raconte… D’ailleurs, je suis absent, donc j’ai tort, non ?

Pourtant, les choses ne sont pas difficiles à comprendre : ce monsieur ne vit que dans la tromperie (y-compris de lui-même), permanente, c’est une sorte d’ectoplasme : plus il ya de gens qui croient en son mensonge monumental, et plus ça paraît vrai, et donc, avec le système de pensée par amalgame non-autistique, ça devient « vrai » (socialement parlant hein…).
C’est pour ça que c’est vital pour lui d’avoir un maximum de « croyants », et de se hisser à une place « au-dessus de tout soupçon ».

Comme si les autistes de ce pays ne souffraient pas déjà assez, exploités par le lobby-médico social, mais non, faut en plus être défendus par ce clown. Et c’est tellement énorme, que les gens y croient.
Eh !! pfff !! réveillez-vous quoi, ouvrez les yeux : ce type n’est autiste ! Ca crève les yeux….

S’il l’est, qu’il le montre…  (mais bon, il est tellement fort, il serait capable de le jouer correctement – sauf que dans tout stratagème il y a forcément quelques failles, et j’en ai déjà éventées quelques-unes).

A la rigueur, qu’il soit activiste pour défendre les autistes, on ne va pas refuser de l’aide (même si c’est surtout pour se faire mousser), mais au moins, un peu de décence, pas avec l’étiquette « autiste ».

Je crois que les autistes de France ne méritent pas ce surplus d’infamie.
Qui est permis par le silence complice.

Début 2017, j’avais fait une fausse manipulation sur Linkedin, qui avait envoyé un message à tout mon carnet d’adresses (dont lui) : il m’a écrit pour me dire que je le harcelais…
Et aussi, qu’il a porté plainte contre moi pour diffamation, par rapport à ma page sur lui (http://autisticprotection.org/marian-giacomoni.htm).
Sauf que pour cette plainte, j’attends toujours que la Justice me contacte. Ce qui n’est pas difficile.
Moi je veux collaborer avec la Justice, pour qu’on sache !

Et le nombre de fois où il m’a demandé de « retirer » ce que j’écris sur lui !…
Ca m’a souvent fait penser au livre 1984 de G. Orwell : réécrire l’histoire.
Il n’y a rien de vrai chez lui : regardez, même dans ses vidéos, les silences sont savamment dosés… (bon, je n’ai regardé que les premières, car ça m’a vite fatigué de l’entendre répéter ce que d’autres ont dit avant lui, ou de le voir prendre un air docte…).

Je sais que mes écrits (très révoltés et énervés) sont très critiquables sur bien des choses.
Mais pas sur la sincérité.
Je ne sais pas si ce mot a encore de l’importance en France.
Mais pour lui je crois que c’est un mot abstrait.
Il vit dans les « jeux de rôle ».
Il joue avec tout le monde dans l’autisme en France.
(A part quelques victimes comme moi, qui se sont sorties de cette « hypnose »).

Je ne comprends pas comment il est possible qu’il soit toujours en place.
Les gens sont totalement abrutis, ou totalement lâches, ou les deux ??

Si quelqu’un a des commentaires : eric.lucas@allianceautiste.org


Bon courage, dans ce pays de tartuffes….

Désolé d’être amer et de devoir arrêter d’aider en France.
J’ai fait tout ce que j’ai pu, j’ai consacré ma vie, tout mon temps et mon peu de moyens, pendant trois ans, et tout ça pour rien, pour être ignoré, rejeté, et pour finalement assister au triomphe du mensonge et de la traîtrise.

A l’impossible nul n’est tenu.

Il y a plein d’autres pays dans le monde, avec des autistes qui souffrent, et où mon aide est comprise et bienvenue.

J’aurais vraiment préféré aider dans mon propre pays. Vraiment désolé. 

Eric LUCAS