#MarianGate : Au​ ​sujet​ ​de​ ​la​ ​plainte​ ​de​ ​Marian​ ​Giacomoni​ ​contre​ ​Eric​ ​Lucas​ ​pour​ ​diffamation​ ​:​ ​précisions​ ​et​ ​appels​ ​à commentaires

Motifs de cette lettre :
– Rallumer au moins une fois par an la petite flamme de la vérité au sujet de Marian Giacomoni (même si, comme pour celle de l’Arc de Triomphe, tout le monde s’en moque) ;
– Voir si oui ou non cette histoire de « plaintes en 2016 » contre moi est vraie ;
– Sauver des gens du « piège » (de son emprise psychologique, surtout avec les femmes), comme ça a déjà été le cas au moins une fois, en montrant ce que personne n’ose imaginer tant c’est énorme ;
– En étant naïf, espérer que les pouvoirs publics se réveillent et mettent fin à la mascarade (mais j’ai plus de chances de trouver un ticket de loto gagnant égaré dans la rue) ;

– Un peu moins dur : qu’un jour les langues se délient et que les anciennes victimes acceptent de témoigner, même anonymement, parce que c’est très très difficile pour moi de me battre tout seul : personne à part vous ne me croit (tant c’est incroyable) ! Et ce serait indolore pour vous.
Eric LUCAS


20171008_AA_Protec-MarianGiacomoni

Destinataire :

Marian Giacomoni

Personne se présentant comme autiste,
représentant les autistes auprès des
autorités françaises abusées ou complaisantes

 

 

Au sujet de la plainte de Marian Giacomoni contre Eric Lucas pour diffamation : précisions et appels à commentaires

 

Monsieur

 

Comme suite à votre dernier courriel (rappelé en fin de lettre), dans lequel vous m’informiez avoir déposé plainte contre moi pour diffamation (relativement à mes accusations d’imposture et autres, notamment au sujet du fait que vous vous faites passer pour un autiste pour assouvir vos pulsions et ambitions personnelles), et où vous m’intimiez de retirer mes publications vous déplaisant, je souhaiterais soumettre ici quelques commentaires et questionnements à votre attention.

 

Votre courriel date de début 2017, mais depuis je n’ai reçu aucune nouvelle de la Justice française.

Peu après votre message, j’ai contacté la Gendarmerie (pour faciliter son travail puisque je suis à l’étranger), mais celle-ci ne peut retrouver la ou les plaintes, car elles sont gérées par le Procureur de la République.

Or, faute de connaître le département concerné, et me trouvant très occupé par des choses plus importantes, je n’ai pas pu suivre cette affaire.

 

Je pense donc que la Justice française bénéficierait de l’apport de certaines informations :

– soit en veuillant bien m’indiquer de quel département il s’agit, afin que je puisse prendre attache avec le Procureur compétent, dans le but de m’expliquer et d’expliquer vos agissements ;

– soit en avisant vous-même les services appropriés du fait que je réside à Rio de Janeiro, où les services consulaires me connaissent et peuvent me joindre sans aucune difficulté, afin de permettre à ce dossier de prospérer.

 

J’ignore si ce que j’ai écrit sur vous tombe sous le coup de la loi française, mais si c’est le cas je suppose qu’elle fera son travail (et dans tous les cas je ne retirerai pas mes publications de moi-même).

Ce que je n’ignore pas, en revanche, c’est que mes articles sont sincères, dépourvus d’inventions destinées à nuire à un individuel (ici, vous), ce qui n’a aucun sens pour moi, qui suis par ailleurs trop impliqué dans des efforts altruistes pour avoir du temps à passer sur un cas particulier.

 

Je n’ai pas compris pourquoi vous me demandez de retirer les articles que j’ai publiés sur vous (depuis 2015 déjà).

Est-ce que le retrait des publications entraînerait le retrait de la plainte ?

Si oui, il me semble que cela poserait au moins deux problèmes :

1- il y aurait alors un défaut d’information du public sur un sujet important (l’imposture et les manipulations que je dénonce, au détriment de personnes handicapées) ;

2- faute de plainte, la Justice ne pourrait pas faire son travail, notamment afin que soient réparées et dédommagées les années de souffrances que vous dites avoir vécues en résultat de mes révélations.

Ces deux problèmes résulteraient alors d’une “manoeuvre” de ma part (le retrait) qui n’aurait comme fondement que la recherche de mon confort personnel (l’évitement de représailles légales et financières), sans égards pour le bénéfice de la collectivité (ici, grâce au maintien d’informations importantes pour elles, et qui permettent – je l’espère – de freiner un peu votre aberrante ascension au coeur de ce qui ne vous concerne pas : l’autisme).

 

Or, puisque je suis un “autiste altruiste”, il m’est difficile de faire passer ma tranquillité personnelle avant la cause en laquelle je crois, en suivant vos recommandations pour – finalement – “mentir par omission”, et participer au silence complice que je déplore de la part de “ceux qui savent” à votre sujet, et qui n’osent pas se révolter contre toute cette infamie nauséabonde.

 

Je profite de cette lettre pour rappeler que même si la Justice ordonne le retrait des pages en question, ou fait fermer mon ou mes sites de force, alors je publierai tout cela ailleurs, en montrant tous les efforts que vous faites pour me faire taire et pour cacher une vérité manifestement bien gênante pour vous.

 

Je précise d’ailleurs avoir rajouté quelques nouvelles pages tout récemment, notamment sur le site allianceautiste.org. [1]

 

Si besoin, si cela s’aggrave encore, j’écrirai et je ferai publier un livre à votre sujet. Et si certains pays me l’interdisent, je le ferai dans d’autres. Ainsi, avec un support physique, il sera plus difficile pour vous de « réécrire l’Histoire » (comme dans le livre « 1984 »), à moins d’organiser des autodafés… [2]

 

Il me semble que les autistes de mon pays, déjà bien assez martyrisés par le système médico-socio-financier, méritent largement mes efforts et ce relatif « sacrifice » de ma part, à la hauteur de l’abjection infecte de votre intrusion dans cette catégorie sociale “propre” et vulnérable. [3]

 

Enfin, compte-tenu de votre extrême désir (ou besoin vital) de me faire taire, et du fait que je suis actuellement dans un pays où les « balles perdues » sont hélas une réalité quotidienne (sans aller jusqu’à faire référence à votre famille corse), j’ai pris des dispositions afin que ce combat pour le maintien de la vérité, contre la supercherie officiellement adoubée, soit maintenu même si je disparaissais (bien que j’espère l’hypothèse peu probable pour l’instant).

 

Finalement, je ne vois pas pourquoi vous voulez tant vous opposer à ma liberté d’expression…

En effet, si ce que j’explique à votre sujet est faux ou exagéré, alors cela vous aide comme preuve pour montrer que je suis un “malade”, c’est simple. Les gens ne sont pas obligés de me croire.

En plus, je m’exprime tellement mal, de manière tellement énervée et révoltée dans mes “révélations”, que généralement ils ont tendance à penser que je suis un “dingue”, qui vous “attaque” pour je ne sais quelle raison (ils supposent un conflit interpersonnel, qui n’existe pas : je n’ai aucune relation personnelle ni problème personnel avec vous : le problème n’est pas entre vous et moi, mais entre vous et les autistes, dont vous venez usurper la parole, profitant de toutes sortes de faiblesses des uns et de lâchetés des autres).

 

Si je raconte n’importe quoi, et si vous avez raison, ce n’est pas grave pour vous, c’est sur moi que ça retombe, non ? D’ailleurs j’ai même quitté le Comité de Pilotage HAS-ANESM en grande partie à cause de votre présence (je ne supportais plus une telle mascarade), puis j’ai quitté la France, là encore partiellement à cause de toutes ces manipulations indignes des autistes.

Donc, aux yeux du public, celui qui a tort, qui se trompe, le perdant, le partant, c’est moi, non ?

La preuve, c’est que mes efforts n’ont rien donné et que vous continuez à parader dans tout ce grand n’importe quoi, dans l’indifférence ou l’acceptation béate des autorités…

 

Alors pourquoi vous donnez-vous tant de mal pour faire “effacer” toutes mes “saloperies” (votre terme) ?

A moins que ce ne soit pour être sûr de laver tout indice de votre culpabilité, pour éviter qu’une personne lucide tombe sur mes écrits, comprenne que tout est vrai, et ait le courage et le pouvoir de tirer la sonnette d’alarme ??

Ah bah, pas la peine de s’inquiéter pour ça, c’est la France… Même aux prémices de la deuxième guerre mondiale les pouvoirs publics ont fait l’autruche, alors un Marian Giacomoni, c’est quand même largement moins dangereux, je crois.

En France, il vaut mieux des tromperies bien dites et bien présentées, que des vérités mal dites : vous le savez mieux que personne.

Rassurez-vous, personne n’aura le courage d’affronter une supercherie aussi grosse (vous “considérer” comme autiste, en dépit de l’absence criante de toute caractéristique autistique, et malgré la flagrance des “qualités” exclusives aux non-autistes, dont notamment la fausseté et la manipulation) : dans l’Administration française, on n’aime pas revenir sur ses erreurs.

 

Mais s’il y au moins un défenseur de la vérité, un résistant (moi), laissez-moi écrire mes petites « saloperies », laissez-moi vivre, non ? Tout ce que je raconte, c’est délirant quand-même non ? Ça se voit bien, que je suis « parano » ou « haineux », que je suis malade quoi ! [4]

Je trouve que votre Grandiosité a mieux à faire, que de perdre son temps avec mes petits gribouillis dérisoires et inefficaces… Il faut savoir être au-dessus de tout ça, n’est-il pas ?

 

Naturellement, s’il advenait que vous puissiez enfin montrer aux yeux de tous, et sans le moindre doute, que vous êtes bien autiste (et pour cela, même un certificat médical ne suffit plus, vue votre immense maîtrise de la dissimulation et de la tromperie), alors je serai amené à reconsidérer mes accusations, et donc à modifier mes publications. (Je précise quand même que j’ai mille fois plus intéressant et important à faire, mais désolé, pour une tromperie d’un tel niveau, je ne peux pas rester inerte.)

 

A défaut d’éléments nouveaux et probants (que la logique voudrait qu’il vous incombât de me fournir le cas échéant), vous comprendrez que je ne puisse forger mon opinion autrement que d’après les éléments réels que vous m’avez montrés, dits et écrits.

 

Enfin, puisque – si j’ai bien compris – vous représentez officiellement les autistes auprès des pouvoirs publics [5], en vous présentant (sérieusement) comme autiste, je vous demande officiellement, moi, autiste français, de me prouver qu’il ne s’agit pas d’une imposture, et que vous êtes bien autiste.

Je crois que c’est mon droit, et le moindre de la décence.

Si tout ce grand cinéma ne gêne personne d’autre que moi, soit… Mais moi ça m’agresse, et je n’accepte pas, en tant qu’autiste (donc opposé au mensonge) d’être représenté par un tel artiste de la tromperie, sur la base d’un mensonge aussi odieux et tellement éblouissant que plus personne ne le voit.

 

Non, je ne me tairai pas. Ça ne sert à rien d’essayer de m’y contraindre, par toutes vos manigances.

Si mes écrits vous dérangent tant, c’est parce qu’ils sont vrais, c’est tout.

 

Et si je souhaite maintenir mes pages, c’est aussi pour éviter que de nouvelles personnes soient abusées et meurtries par vous (avec un risque non-nul de suicide, surtout pour les femmes “fragiles”, votre cible de prédilection). Je peux ?

 

Vous comprendrez peut-être que les seules salutations qui pourraient clore adéquatement cette lettre seraient celles qui célèbreraient votre départ le plus loin possible de cet autisme qui vous attire tant.

 

Dans l’espoir de servir la Vérité pour les autistes, les militant(e)s, le public et les autorités manipulés,

 

votre bien désobligé,

 

Eric LUCAS

 

 

 

 

De : Marian Giacomoni <***@en-quete-de-declics.fr>

Date : 2 janvier 2017 à 16:32

Objet : Lettre

À : eric.lucas@allianceautiste.org

 

Monsieur,

 

J’ai vu récemment que vous m’avez envoyé une demande de contact sur LinkedIn.

Vu l’acharnement et la haine dont vous avez fait preuve en ma direction dans le passé, votre démarche pourrait être vue comme étant du harcèlement.

Je suis en train d’étudier la question d’un dépôt de plainte à ce sujet.

 

D’autre part, l’année dernière (2016), j’ai déposé deux plaintes en justice à votre encontre.

L’une de mes plaintes concerne notamment les pages :

http://autisticprotection.org/marian-giacomoni—eric-lucas-republication-posts-supprimes-par-facebook.htm

http://autisticprotection.org/marian-giacomoni.htm

http://autisticprotection.org/

 

Entre autres, vos propos à mon sujet sur le forum d’Asperansa sont concernés.

 

Je vous ai laissé trop faire, j’ai même essayé d’argumenter, de discuter, de maintenir une relation la plus calme possible.

Dans les faits, vous vous renforciez à chacune de nos discussions et faisiez grandir votre haine en ma direction.

À chaque fois que nous avons été amenés à collaborer lors d’actions militantes, vous vous êtes systématiquement retourné contre moi.

 

Pendant un certain temps, j’étais convaincu que vous ne faisiez pas exprès. Or, vous m’aviez dans le « pif ».

Était-ce dû à une jalousie en raison de ma relation avec Charlotte ? Je n’en sais rien et je m’en fiche !

Le temps où j’essayais de comprendre pour pardonner est révolu.

Vous m’avez fait à de multiples reprises des torts dont les conséquences chiffrées vous seront présentées lors du procès.

Une demande de dommage et intérêts sera faite lors de l’audience.

 

L’affaire est à présent entre les mains de la justice.

 

Vous voulez que ça s’arrête ?

C’est simple, vous supprimez l’ensemble des saloperies que vous avez écrites à mon propos.

 

Cordialement,

Marian Giacomoni

 

De : Eric LUCAS (Alliance Autiste) <eric.lucas@allianceautiste.org>

Date : 4 janvier 2017 à 20:14

Objet : Re: Lettre

À : Marian Giacomoni <***@en-quete-de-declics.fr>

 

Jeune homme,

 

il m’est particulièrement désagréable de recevoir un courriel de toi, alors que je commençais, enfin, à presque t’oublier.

 

L’idée que je souhaite t’avoir dans mes contacts Linkedin est évidemment absurde et écoeurante.

 

Il s’agit certainement d’une erreur de manipulation.

Une page contenait une liste de personnes qui étaient toutes cochées (plusieurs centaines) et j’ai malencontreusement cliqué sur un bouton.

Je n’ai pas pu annuler l’action. C’est tout.

 

Rien ni personne ne m’empêchera de dire et de publier ce que je pense et ce que je sais.

 

Tes états d’âme et menaces m’indiffèrent.

 

Je ne veux plus jamais entendre parler de toi.

S’il y avait un jour une modification, tu en serais informé de manière très claire.

 

Merci de ne pas répondre et de me laisser tranquille.

Linkedin c’est une erreur, ça peut arriver.

 

Eric LUCAS

 

 

Extrait de mes commentaires (Eric Lucas), en bleu, sur une page que j’ai créée, dans un esprit de « lanceur d’alerte » :

(mais bien sûr personne n’a le courage d’affronter une vérité aussi énorme)

http://autisticprotection.org/marian-giacomoni.htm :

 

Monsieur,

J’ai vu récemment que vous m’avez envoyé une demande de contact sur LinkedIn.

–> Tiens, il m’appelle « Monsieur » et il me vouvoie maintenant… Il doit avoir ses raisons… Bof…

 

Vu l’acharnement et la haine dont vous avez fait preuve en ma direction dans le passé,

–> Ma réaction était celle d’une personne très irritée et très révoltée par ce personnage, son comportement, et l’hypnotisation des gens.

Je ne sais pas si cette irritation peut être qualifiée de « haine » mais oui, c’est sûr que JE N’AIME PAS DU TOUT ce genre de choses, JE DETESTE la manipulation, la fausseté, l’imposture, et je me demande bien au nom de quoi je n’aurais pas le droit de détester ça, et de l’exprimer.

A moins qu’il n’y ait une convention sociale du genre « interdiction de détester », qui m’aurait échappé.

Et que dans ce cas il faudrait aimer (ou, pire, faire semblant d’aimer) tout le monde, y-compris les personnes malfaisantes. Un peu trop facile !

 

votre démarche pourrait être vue comme étant du harcèlement.

–> Mort de rire 🙂

Ainsi donc, juste parce qu’il a reçu une notification de Linkedn censée émaner de moi, paf, tout de suite, c’est du harcèlement ! C’est un peu dur à encaisser, de la part d’un harceleur chevronné, qui m’a fait suer pendant des mois (et pas seulement moi).

Mais c’est vrai qu’il nous explique que c’est à cause de ma « haine ». Donc vu que je suis « haineux » (pourquoi pas également facho, raciste et tout le reste), alors tout ce que je peux faire le concernant est fatalement « le plus condamnable possible ». Bof…

 

Je suis en train d’étudier la question d’un dépôt de plainte à ce sujet.

–> Ah, c’est donc pour ça.

Donc je résume :

– Quasiment aucune activité entre lui et moi depuis… au moins 6 mois, peut-être un an…

– Fin 2016, il reçoit un truc de Linkedn… (un seul !)

– Et automatiquement, vu que ça vient de moi, c’est… DU HARCELEMENT !

– Qui naturellement justifie UN DEPOT DE PLAINTE !!

(Ah pardon, il ne l’a pas encore fait, il « étudie la question »…

Mais vas-y donc, si tu savais ce que je m’en balance…)

 

D’autre part, l’année dernière (2016), j’ai déposé deux plaintes en justice à votre encontre.

L’une de mes plaintes concerne notamment les pages :

http://autisticprotection.org/marian-giacomoni—eric-lucas-republication-posts-supprimes-par-facebook.htm

http://autisticprotection.org/marian-giacomoni.htm

http://autisticprotection.org/

Entre autres, vos propos à mon sujet sur le forum d’Asperansa sont concernés.

–> La « Justice » française… Après les affaires Timothée, Rachel, et tout le reste, je n’y crois plus tellement.

Si la Justice française me condamne parce que j’ai dit ce que je pense et ce que je sais, qu’est-ce que je peux y faire ? Ca montre juste un des aspects de l’absurdité et de l’antinaturalité du système.

Jamais rien ni personne ne m’obligera à taire ce que je crois devoir dire.

Sauf peut-être un danger de mort, mais on n’en est pas encore là.

A moins que tout le monde ne se ligue contre moi (Marian, les psykk, l’Etat… bref tous ces hypocrites et manipulateurs d’humains vulnérables, toute cette chienlit), et ne se cotise pour me mettre un « contrat » sur la tête… Quel soulagement pour eux !

–> J’ai retrouvé le post en question : http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?f=6&t=8904&start=45

 

Je vous ai laissé trop faire,

–> Merci mon Prince 😉

 

j’ai même essayé d’argumenter, de discuter, de maintenir une relation la plus calme possible.

–> Pas vrai.

Depuis que j’ai commencé à déballer sur lui sur Facebook, en juillet 2015 je crois, rien, silence radio de sa part jusqu’à ce courriel. Remarquable, d’ailleurs.

Ben quand on n’a pas d’arguments, aussi…

Et puis, c’est mieux de laisser un vieux con s’énerver sur FB, auprès d’un public « autruchiste », plutôt que de prendre le risque d’étaler la colle.

Et puis, ça permet de se la jouer « grand seigneur » (la bave du crapaud etc.)

Je ne m’en plains pas : c’est justement ce que je voulais :

qu’il me fiche LA PAIX !

 

–> Calme ? Et si j’ai envie d’exprimer ma révolte ? Je ne suis pas libre ?

Le calme des serpents, c’est pas mon truc, désolé.

 

Dans les faits, vous vous renforciez à chacune de nos discussions

–> Il parle peut-être d’avant l’été 2015, quand on discutait encore.

Ben j’ai gardé les échanges écrits Skype, qui prouvent très facilement les manipulations, lesquelles expliquent à quel point c’est insupportable, surtout quand ça insiste.

Faut-il que je les publie ?

 

et faisiez grandir votre haine en ma direction.

–> C’était de plus en plus intenable et donc j’étais de plus en plus énervé et insistant dans mes demandes pour ne plus être sous cette « prise de tête ».

Crier à quelqu’un, de plus en plus fort, pour lui demander de me laisser tranquille, je ne sais pas si c’est « faire grandir la haine ». Peut-être. Encore une fois, quoi de plus naturel que de ne pas aimer quelque chose que l’on trouve « mal » ou « détestable » ?

 

À chaque fois que nous avons été amenés à collaborer lors d’actions militantes, vous vous êtes systématiquement retourné contre moi.

–> LOL !

Dans quelles actions militantes aurions-nous collaboré ???

En mai 2014 quand il essayait d’entrer dans l’AA, il n’a jamais rien fait ! Que du vent et de la prise de tête (« il faudrait faire ci, tu devrais faire ça »…).

La seule fois où nous avons « travaillé sur le même sujet », c’est quand j’ai fait l’erreur de l’appeler depuis chez Maryna, la mère de Tim, en octobre 2014.

Il est venu, et « comme par hasard », juste après, j’ai observé un changement chez elle… Elle me faisait moins confiance, ne me confiait que des choses secondaires…

Bref la technique de zizanie HABITUELLE de l’animal.

Il avait déjà fait pareil dans l’AA naissante, qui ne s’en est jamais totalement relevée.

Ensuite il a continué sans moi avec elle, jusqu’au jour où il l’a laissée tombée (ce qu’elle a reconnu), parce que ça n’arrangeait plus ses intérêts personnels.

Moi je ne l’ai jamais laissée tomber. Sans doute que lui et moi on n’a pas la même vision de l’altruisme (dont, d’ailleurs, il ne s’est jamais réclamé, lui qui parlait d’ailleurs de « marketing » lors de notre première réunion).

 

Pendant un certain temps, j’étais convaincu que vous ne faisiez pas exprès.

–> Là je ne comprends même pas ce qu’il veut dire.

Pas exprès de quoi ?…

J’ai juste écrit ce que je pensais.

Je l’ai fait « exprès » pour avertir le public, et pour diminuer les risques (notamment de suicide de jeunes femmes), en résumé. Et aussi pour qu’il comprenne qu’il doit me lâcher. Ca a été dur, il a vraiment fallu que j’envoie du très très lourd, mais il m’a lâché.

 

Or, vous m’aviez dans le « pif ».

–> … Bof… Pourquoi pas

 

Était-ce dû à une jalousie en raison de ma relation avec Charlotte ?

–> Je crois qu’il m’a déjà parlé de cette histoire.

Charlotte est une personne autiste « innocente » sans rapport avec tout ça.

Il était en couple avec elle, et je les ai rencontrés 3 fois, je crois.

Et alors ? Quel rapport ?

Marian l’Enchanteur nous sort un truc d’un chapeau.

Je me demande bien ce que j’aurais pu dire ou faire, qui pourrait lui faire penser ça.

Mais le pense-t-il vraiment ??…

Et puis, même si c’était vrai, je ne vois pas en quoi mes « dénonciations » sur Marian auraient un effet en ma faveur sur Charlotte (au contraire), d’autant plus que je ne l’ai jamais citée dans mes écrits (ou, si c’est le cas, pas de manière déterminante).

Je ne sais pas pourquoi il écrit ça.

Soit il croit vraiment à la possibilité d’une telle hypothèse, et alors il est à côté de ses pompes,

soit cette assertion est juste un stratagème pour essayer de faire dévier mes accusations sur d’autres champs, ou quelque chose dans le genre.

(Je rappelle qu’il est très fort.)

 

Je n’en sais rien et je m’en fiche !

–> Et moi donc !

–> Mais en attendant, il a avancé son petit pion, sa petite insinuation perfide pour noyer le lecteur…

 

Le temps où j’essayais de comprendre pour pardonner est révolu.

–> Pardonner ? LOL… Mais j’en veux pas de ton « pardon » !!

Commence déjà par te faire pardonner par TOUS les gens que tu as enquiquinés, depuis des années !!

Punaise la poutre qui se fiche de la brindille…

 

Vous m’avez fait à de multiples reprises des torts dont les conséquences chiffrées vous seront présentées lors du procès.

Une demande de dommage et intérêts sera faite lors de l’audience.

–> Aaaah nous y voilà !

– Alors donc :

— apparemment mes écrits ont eu quelque efficacité ! (bien que je n’aie jamais pensé à l’argent dans tout ça ! mais il parle de « torts » donc il s’agit de « réputation », et bien sûr que oui je veux qu’on sache qui il est vraiment ! tout ce que je me fais traîner dans la boue avec tout ça, faudrait au moins que ça serve !)

— apparemment, les rapports entre l’autisme et Monsieur ont quelque chose de financier ?? intéressant ! moi qui pensais que tout ce qu’il faisait était pour sa « gloire », son égo !! naïf que je suis ! (mais c’est vrai que je suis autiste, moi…)

–> Des dommages et intérêts !!

LOL

Je me demande bien comment il peut arriver à expliquer ça, et à le chiffrer !

Ca fait combien, Votre Honneur ?

Que je me prépare à trimer pour payer le Grand Imposteur, que Justice soit faite !!

 

L’affaire est à présent entre les mains de la justice.

–> C’est très bien, elle fera ce que bon lui semble.

Il faut la laisser faire, pas vrai ?

 

Vous voulez que ça s’arrête ?

–> Que quoi s’arrête ??

– que t’arrêtes de me casser les couilles, et de croire que tu arriveras un jour à me faire faire ce que tu veux (pauvre cloche ! (notez, greffier)), ça, OUI, j’aimerais beaucoup !!

–> Que la procédure s’arrête ???

Mais pas du tout !!!

(Si c’est pas de la manipulation, ça… Déjà commence par m’envoyer des preuves de cette procédure, juste pour voir si c’est vrai….)

Eh non mon pauvre, je ne veux pas m’opposer au fonctionnement de la Justice française (même si j’ai peu confiance en elle).

Et je vais même te copier une réponse qui m’a été envoyée par la Conseillère autonomie santé du Pdt de la République, quand nous lui avions fait parvenir une « demande de grâce » pour Timothée, elle m’avait écrit (de mémoire) :

« Il n’appartient pas au Chef de l’Etat ni au Gouvernement de faire obstacle au fonctionnement de la Justice. »

Donc, tu penses, un pauvre misérable comme moi, vouloir m’y opposer…

Si tu as vraiment souffert, s’il y a vraiment tant de « dommages » et de pertes financières, il FAUT que justice soit faite, il FAUT les réparer !! Il faut que je paie ! T’es quand même pas contre la justice, tout de même ! Tu voudrais quand même pas « effacer mon ardoise », et que je te sois redevable, à genoux, toute ma vie ?

Non, non, je ne peux pas accepter !!

Que la Justice décide ! Dura Lex, Sed Lex ! (c’est du latin)

–> Et puis, on sait jamais, si ça se trouve tu tomberas sur un juge consciencieux, qui voudra tout comprendre, et qui commencera à s’intéresser à TON comportement et à TES victimes !

Hmm… Embarrassant, non ? Allez, envoie-moi des preuves de ta plainte…

Si c’est comme ton certificat médical d’autiste, on peut attendre longtemps…

T’as voulu jouer avec moi, t’as voulu me manipuler…

T’aurais pas dû…

Tu as choisi les autistes pour assouvir tes desseins…

T’aurais pas dû…

Si un jour je ne peux plus nous défendre, d’autres le feront…

Tu ne peux pas faire faire tout ce que tu veux à tout le monde !

 

C’est simple, vous supprimez l’ensemble des saloperies que vous avez écrites à mon propos.

–> Aaaaahhhh eh ben voilàààààà !!…..

Tout ça pour ça !

C’est bien construit hein ?

Mais pauvre cloche, t’as pas compris ce que j’ai déjà écrit ?

Plus tu essayeras de me faire taire, et plus je l’ouvrirai !!

Peut-être que tu crois que, comme toi, je ne suis qu’un « parleur ».

Ben ouvre les yeux.

 

Si la « Justice » décide de fermer ce site, c’est pas compliqué, dans la semaine qui suit, j’en ouvre deux, ailleurs.

Et ainsi de suite.

C’est pas contre toi, tu ne le mérites pas.

C’est POUR LA VERITE !

Mais tu ne peux pas comprendre, tu ne sais même pas ce que c’est…

Et j’ai écrit aussi que si tu continues à essayer de me faire censurer, je ferai un livre, et s’il est censuré dans les pays « convenables », je le ferai éditer ailleurs.

JAMAIS !!!

JAMAIS JE N’ACCEPTERAI QU’UN TRAVESTISSEUR DE LA VERITE

VIENNE M’INTERDIRE DE LA DEFENDRE !!

VOILA !!!

Si t’es pas content, c’est pareil !

Laisse les autistes tranquilles !

Et si ce que j’écris, c’est des saloperies, si ce n’est pas vrai,

eh bien les lecteurs n’ont qu’à pas y croire, et voilà tout.

« C’est la vérité qui fâche… »

 

Cordialement,

–> Pfff…

 

Marian Giacomoni

 

 

 

Et ses prétendues tentatives de discussion et d’argumentation !! quelle blague !!

quand on se parlait encore, c’est au contraire moi qui essayais d’argumenter, et à chaque question dérangeante, il zappait et sortait un nouveau reproche !!

C’est le roi de l’esquive, de l’esbroufe, de la tromperie, mais à un niveau hors-concours…
C’est un Grand Maître de la Tromperie et de la Manipulation des esprits !

Et faire ça sur des handicapés en plus…

 

Merci à l’Etat français, pour permettre tout ça !
Les autistes n’en avaient pas assez, avec le lobby médico-social !
De toute façon, quand on laisse passer un “semi-remorque pour livrer des glaces” à Nice, “tous les pires sont possibles…”

 

Désolé de déranger la France-d’en-Haut et les salons parisiens…

[1] http://allianceautiste.org/wp/2017/10/a-propos-du-paradoxe-au-sujet-de-marian-giacomoni-mes-adieux-ecoeures/

[2] (voir définition dans le dictionnaire…)

[3] Ici, je ne parle pas des autistes dont “l’hybridation non-autistique” a mal tourné…

[4] (C’est bien pour ça que les gens dans le monde m’invitent : ils ne sont pas français, donc ils n’ont jamais connu « la Lumière », et ils ne voient même pas que je suis juste un dingue…(empli de haine, en plus, LOL)).

[5] Pour le Plan Autisme 4, et pour la HAS et l’ANESM (quelle tristesse !), suite à votre subtile invasion d’une association d’autistes.